Ont collaboré à ce numéro

 Alpha Ayandé
 Amadou Bâ
 Axelle KABOU
 Blaise Lempen
 Fesman III
 Gilles Labarthes
 Ibrahima Faye
 IDE
 IKER CASILLAS
 Khadim Ndiaye
 les Intrigants
 Mamoussé DIAGNE
 Mamoussé DIAGNE,
 Michel Sidibé
 Ousmane Sow HUCHARD
 Prix Vasco Sanz
 Salam Sall
 Sandrine Salerno
 Solène MATSUSHITA
 Thônex art spectacle
 UIP,Etat de Genève,
 Université de Pékin

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Contre les Pratiques Traditionnelles Néfastes : Quel Rôle Pour les Médias?

Publié le, 21 février 2011 par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

 

«Contre les abus, il faut une lutte démocratique, et pour une lutte démocratique, il faut avant tout l’information[1]».

 

Comment au-delà de la dénonciation ou de la stigmatisation communautaire débarrasser notre 21ème siècle des pratiques barbares ? Inspirés par de nombreux faits sociaux dégradants pour les femmes, les enfants et la dignité de l’humain tout court, ContinentPremier, votre magazine panafricain, a publié des articles ou participé à des conférences sur des thèmes relatifs à ce qu’il est convenu d’appeler pratiques traditionnelles néfastes (ptn). Ce sont donc un ensemble d’actes culturels ou cultuels qui se présentent comme un legs légitime et qui ont une incidence désastreuse sur l’intégrité psychique, physique ou morale de l’individu. Les plus grandes victimes de ces pratiques sont les enfants, notamment, les fillettes ou les femmes qui subissent un ordre patriarcal désuet qui les maintient dans un système de domination bien entretenu, et souvent par ses propres victimes (le cas de l’excision pour les femmes). Qu’il s’agisse donc des mutilations sexuelles féminines, des crimes d’honneur, le phénomène des talibés ou élèves apprenant le Coran et envoyés par leur maître quémander leur pitance quotidienne, une activité censée inculquer, auparavant, des valeurs de la modestie et de la simplicité à l’enfant et qui, aujourd’hui, est transformée en une véritable exploitation de l’enfance etc…


[1] Levkowarski in (Rencontre internationale de Genève sur le thème « Du pouvoir » 3 octobre 1977.