Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

SEIGNEUR DIEU, PARDONNE A LA FRANCE

Publié le, 15 septembre 2008 par

Génocide rwandais et autres crimes de l'Etat français en Afrique: A quand des mandats d’arrêt contre les autorités françaises ?

La justice française vient de délivrer neuf mandats d’arrêt internationaux contre de hauts dignitaires sénégalais pour leur responsabilité présumée dans le naufrage du Joola qui a fait près de 2 000 morts le 26 septembre 2002. En novembre 2006, le juge français Bruguière avait signé neuf mandats d’arrêt visant Paul Kagamé et neuf de ses proches poursuivis de manière singulière pour leur « participation présumée à l’attentat du 6 avril 1994 » ayant coûté la vie à son prédécesseur Habyarimana.

Cette démarche d’une rare arrogance a été invalidée de manière sèche par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) car « Le procureur du TPIR, ne prend d’instructions de personne au monde. ». Le Gouvernement rwandais était formel : « Sous prétexte de l’indépendance judiciaire, le juge Bruguière, en coopération avec d’autres organes de l’État français, a organisé la négation du génocide et le révisionnisme. » Et Kagamé sans fard : « M. Bruguière est un imposteur, un politicien. Ce n’est pas un juge. Si c’était un juge, il aurait dû soulever la question de l’implication de la France dans le génocide des Tutsis du Rwanda ».