Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

L’Afrique est une mosaïque de pays confrontée depuis des siècles à divers traumatismes (esclavage, colonisation, indépendances truquées pour certains) et apparemment vouée à toutes les calamités (naturelles, économiques, politiques etc.) Mais l’Afrique reste debout comme « un cœur de réserve » là où d’autres peuples ont disparu en même temps que le tarissement de leur sueur. Je pense notamment aux amérindiens. C’est qu’elle a en elle – même des ressources inépuisables encore insuffisamment exploitées. L’Afrique – appauvrie et non pas pauvre - est riche de la qualité de ses enfants, de ses ressources minières, agricoles etc. et sa population dans sa diversité ethnique, culturelle et religieuse et en dépit de tensions irrédentistes somme toutes marginales, est entrain de s’édifier comme Peuple et de se construire comme Nation. Et un jour, comme l’écrivait Lumumba, elle se réconciliera avec sa propre histoire, ses propres résistances et « elle sera du nord au sud du Sahara une histoire de gloire et de dignité ». Cela relève désormais de l’urgence et l’urgence et un concept du temps, surtout à un moment où des signes avant-coureurs d’une remise en cause de ses équilibres fondateurs – du fait d’un contexte mondialisé- se font jour de ci de là, il faut, plus que jamais, rester « vigiles et alertes ». Elle peut représenter l’espérance du monde, son nouveau souffle si les Africains le veulent bien, renoncent aux discussions byzantines, aux querelles stériles et refusent la Fatalité sous ses diverses formes et les oripeaux et euphémismes dont la recouvre les afro pessimistes, « en se ceignant les reins comme un vaillant homme ».