Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Malouf, le gouverneur brésilien, avait cru pouvoir dormir sur du sommeil de l’injuste. « Je donnerai de l’argent à celui qui aurait découvert que je détiens des fonds en Suisse». Respectera –t- il sa promesse? A nos confrères, il avait jeté l’opprobre parce qu’il se disait propre.

Eh bien, l’histoire semble lui donner tort. Et un livre* est venu fixer cette histoire pour le moins rocambolesque. Une instruction pénale, déclenchée très rapidement par les autorités helvètes désireuses de démontrer que la Suisse, n’est pas, ou n’est plus un sanctuaire pour les potentats, aboutit au blocage de 161 millions de dollars. On avance même la somme de 200 millions. Le Gouverneur est incarcéré, avant de bénéficier d’une liberté provisoire.Chiche, M. Malouf, âgé de 74 ans, savait – il à qui il s’adressait. Emprisonné, avec lui au fond de sa conscience et de sa cellule, sa promesse.

Laquelle promesse que tient aujourd’hui à lui rappeler nos deux confrères qui ont mis l’Homme fort de Sao Paolo dans de petits souliers !

M Malouf les avait traités d’être de « fieffés menteurs », colporteurs de rumeurs. Les deux journalistes uniquement armés de leur professionnalisme et de leur sens de l’éthique, lui ont renvoyé la Balle. Et de quelle manière ! A l’école, ils avaient appris les techniques de l’enquête journalistique. Par cette arme bien maîtrisée, ils ont tenu en respect le Gouverneur. L’intouchable!

Illusion et Ironie

Nos deux confrères pour solder tout compte avec M. Maluf, lui demandent aujourd’hui de reverser l’argent au « Mouvement des sans terre». Après avoir décrit “ la société brésilienne de semi – esclavagiste, de castes et d’apartheid social, notre confrère, Rui Martins, correspondant en Suisse, presse portugaise et brésilienne, très « scandalisé » affirme que: « le mouvement des Sans terre, est le mouvement le plus authentique du Brésil ». Sa conviction est faite : « Une bonne répartition des terres permettrait de mettre fin à l’inégalité sociale ». C’est ce qu’avait compris Lula, qui en avait fait un cheval de bataille. Mais les Brésiliens attendent toujours, là encore, les promesses.
C’est donc une ironie que seule l’illusion d’une justice juste au Brésil, permet de comprendre. Pour Jean-Noel Cuenod, journaliste à la Tribune de Genève : « C’est à la justice de qualifier l’origine de cet argent bloqué» et de poursuivre : « les enquêteurs ont prouvé l’existence des fonds Maluf. Maintenant, si cet argent est d’origine licite, Il nous reviendra de lui rappeler sa promesse». Et si la justice n’arrive pas à démontrer la licéité des fonds, l’argent reviendra au Gouvernement. Pourtant, ils ne sont font aucune illusion. La justice brésilienne jugera –t- elle Maluf ? La question est posée

Un fonds pour les pays du Sud

Maluf niait l´existence de ses comptes bancaires en Suisse et promettait de donner l’argent correspondant à qui les aurait découverts.

Or, ces comptes existent bel et bien comme l'indique le livre « L´argent sale de la corruption - pourquoi la Suisse a dénoncé Maluf», écrit par Rui Martins grâce aux différents articles parus dans la « Tribune de Genève » et notamment le concours inestimable de Jean Noel Cuenod.

Nos deux confrères en alertant la presse et l’opinion, veulent que les sommes saisies soient dévolues au Mouvement des Sans Terre au Brésil. Ils demanderont également, précisent – ils, l'appui des ONG et des gouvernements, pour que l´exception de l'imposition anonyme à la source sur les comptes suisses des citoyens de l´Union Européenne et des Etats-Unis soit étendue aux pays pauvres (Principe de l’Exception).

Les journalistes veulent ainsi que l’exception en matière fiscale accordée à l’Union européenne soit étendue aux pays pauvres. En effet, il existe un accord entre la Confédération Helvétique et les 25 aux termes duquel les fonds qui y sont placés et en provenance de l’UE, la Suisse a tout le loisir de prélever 15% de ces dites sommes et un autre pourcentage est retourné au pays des épargnants, même si leur Etat, n’en fait pas la demande. Pour les pays du Sud, les sommes retirées de cette transaction pourraient être logées dans un fonds sous l’égide des Nations – Unies..

La balle est dans le camp des Brésiliens. L’équipe adverse forte de deux joueurs de talents qui proclament urbi et orbi «nous sommes des journalistes. Nous ne sommes pas des militants» a voulu tout simplement posé un « acte symbolique ». Qui honore toute la profession ! Afin que les règles du jeu soient respectées.

* « L´argent sale de la corruption - pourquoi la Suisse a dénoncé Maluf», ( renseignements sur l’auteur et son livre Page Web de la maison d’édition Geraçao Editorial - Sao Paulo – Brésil : http://www.geracaobooks.com.br

http://www.geracaobooks.com.br/releases/maluf.php


Par El hadji Gorgui Wade Ndoye