Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

GENEVE- Le 18 novembre 2005, le monde s’était donné rendez – vous à Yaoundé sous l’égide du Programme Roll Back Malaria de l’OMS. Le 28 décembre l’ONU a pris une résolution salutaire sur initiative des USA. Un motif d’encouragement pour la petite équipe que dirige l’ancienne ministre de la santé du Sénégal, la Professeur Marie Awa Coll Seck. Ce programme travaille sans relâche, et avec abnégation, loin de la bureaucratie écrasante afin d’administrer la bonne dose à la malaria qui tue des millions d’individus à travers le monde, notamment en Afrique. Aujourd’hui la somme d’énergie déployée semble porter ses fruits.

Une résolution des Nations – Unies sur proposition des Etats – Unis d’Amérique, a été adoptée le 28 décembre dernier pour renforcer la lutte mondiale contre le paludisme. Cette résolution demande instamment à tous les États membres de l’ONU touchés par le paludisme de renforcer leur politique nationale de prévention de sorte que 80 % de ceux qui risquent de contracter cette maladie ou de ceux qui en sont déjà atteints puissent bénéficier de mesures importantes d’ici à 2010. Par ailleurs, la résolution ( lire ci – contre), demande à toute la communauté internationale de poursuivre ses efforts en vue de réduire de 75 % la charge que constitue le paludisme d’ici à 2015.

A Yaoundé, le 5ème Forum du Partenariat Faire reculer le paludisme, la première réunion mondiale des partenaires, depuis sa restructuration en 2003, avait identifié les domaines dans lesquels les réponses mondiales de la lutte contre le paludisme ( à savoir la gestion intégrée du contrôle des vecteurs ; traitement efficace dans des délais opportuns et recherche sur de nouveaux outils) doit être améliorée de manière radicale afin de soutenir et de répondre pleinement aux besoins des populations à risque, en particulier les enfants, les femmes enceintes, les personnes vivant dans des situations de crise et ceux vivant avec le VIH/SIDA.

Les différentes interventions ont été aussi accès sur la mise en application du premier Plan stratégique mondial 2005 – 2015 pour faire reculer le paludisme et qui trace la voie en avant pour intensifier une augmentation des interventions et réaliser les objectifs cibles fixés pour 2010 et 2015.

Une forte énergie

Les travaux de Yaoundé, ont été des moments d'intense réflexion et de partage qui ont vu la participation de 511 personnes représentant un large éventail d'acteurs dans la lutte contre le paludisme. 21% des participants sont issus des organisations non gouvernementales et communautaires de base, 19% représentant les pays endémiques, 18% le secteur privé, 13% la communauté des chercheurs, 12% les Agences multilatérales, 2% des fondations, 4% les pays donateurs. On a aussi noté la présence de parlementaires, de jeunes, de femmes et d'artistes, comme Mme Yvonne Tchaka Tchaka célèbre chanteuse Sud-africaine et Ambassadrice de l'UNICEF dans la lutte contre le paludisme. Et un ancien chef d'Etat engagé à combattre ce fléau dont la présence fut admirablement saluée, il s’agit du Général Gowon ancien Président de la République fédérale du Nigeria.

Des thèmes et des visages

A Yaoundé, le Premier ministre du Cameroun et le directeur général de l’OMS, ont eu autour d’eux en plus de l’équipe de RBM des représentants de tous les continents. En dehors des personnages parfois marqués par la fatigue du voyage ( Australie, Papouasie Nouvelle Guinée…), des thèmes autour de huit qui interpellent : - Prévention efficace du paludisme à large échelle - Traitement efficace en temps opportun et à large échelle - Les systèmes de distribution-La prise de conscience, la demande et l'utilisation appropriée - Le plaidoyer mondial et régional - L'harmonisation pour obtenir des résultats-Les financements - Le suivi et l'évaluation.

« La méthodologie a été participative, comme le souligne Mme Awa Coll Seck, et a permis l'expression de tous et a abouti à un appel à l'action qui a été lu respectivement par le Ministre de la santé de la république fédérale du Nigeria, le président du Forum V, le Président du conseil d'administration du Partenariat Roll Back Malaria et par le Ministre de la santé publique de la république du Cameroun, Président du comité d'organisation du Forum V».

Gorgui Wade NDOYE