Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Par AMY NIANG ,
Correspondante permanente au Japon.


archquo.nouvelobs.com

Tsukuba City – Mon amie et moi nous indignons de son attitude irrévérencieuse, n’a-t-il pas vu le signe ‘non-fumeurs’ ? On est en plein mois de Ramadan… Les miettes de spiritualité bien ramadanes que j’ai apportées dans mes valises me reviennent en petites prières psalmodiées de manière saccadée, les picotements du ventre de temps à autre, vers le milieu du jour, me rappellent que j’observe le mois du jeûne dans une ville où les gens (les femmes surtout) ne se privent de nourriture que dans le but de maigrir…

Dans un café de la partie nord-est de Tokyo au nom intriguant de ‘café de crié’ (faut dire que l’attrait très particulier qu’exerce le français sur les japonais en inspire plus d’uns), je me fais la remarque, pour la deuxième fois que les sièges bas et beiges ont un aspect assez curieux comme d’ailleurs la décoration de ce café qui rejoint la dernière gamme de ‘design cafés’ et ‘cafés à thèmes’ qui rivalisent d’originalité un peu partout dans la capitale nipponne.

Mon interlocutrice, adossée au canapé qui fait le long du mur, sirote son thé jasmin à la manière d’une connaisseuse. Notre voisin immédiat, manifestement un étudiant qui vient savourer quelques instants de qualité loin d’un campus bruyant, tire sur sa cigarette de manière nonchalante, un cendrier devant lui, rempli de mégots de cigarettes à demi fumées. Mon amie et moi nous indignons de son attitude irrévérencieuse, n’a-t-il pas vu le signe ‘non-fumeurs’ ? Les restaurants, bars et cafés sont les derniers bastions de la lutte anti-tabac au Japon. Si les espaces fumeurs sont de plus en plus réduits dans les lieux publics, il nous tarde de voir des quartiers ‘entièrement non fumeurs’ (pour l’instant seulement un des 23 de Tokyo) et le prix du tabac reste relativement bas dans un pays ou la vie est des plus élevées au monde.

Dans les cafés ou les parties fumeurs et non-fumeurs ne sont séparées que par une frontière imaginaire, parfois des étiquettes collées sur les tables, la fumée ignore toutes les divisions; elle s’élève en spirales épaisses, au dam des clients non-fumeurs, allergiques ou comme moi franchement irrités par le relent nocif. A y réfléchir, nous sommes assises du mauvais coté de la séparation ; pour preuve les voisins de notre voisin fument joyeusement, nullement ennuyés par nos regards de travers. Nous nous empressons de déplacer plateau, verres et livres à une table non-fumeur.

17h21. Mon amie est toute contente de m’indiquer qu’il est l’heure de couper le jeune. Un café chaud ne serait pas déplacé en effet.

L’attitude de mon amie est un mélange de sympathie teintée d’incompréhension et de curiosité quelque peu réprimée. Non rencontres hebdomadaires se déroulement invariablement de la même manière. Les explications de la grammaire française sont ponctuées d’histoires de filles et de questions diverses sur le Sénégal, sa culture, les gens, auxquelles j’essaie de répondre de mon mieux. Le ramadan est l’occasion d’explorer les pratiques religieuses. Shiori n’est ni croyante ni athée, ou plutôt elle se réclame ‘sans religion particulière’ comme d’ailleurs la grande majorité des japonais. Elle assiste avec une certaine bienveillance à nos rituels parfois étranges.

« Les japonais naissent shintoïstes, se marient à l’église chrétienne et meurent bouddhistes », dit-elle sur un ton vague ; « les relations avec le spirituel se limitent aux mariages traditionnels (qui se font d’ailleurs de plus en plus rares), les funérailles et les visites au temple à l’approche des examens... »

Etrange de se trouver dans un endroit ou rien, ni de près ou de loin, ne me rappelle l’atmosphère de recueillement tout particulier qui prévaut durant la période du jeûne chez moi. Pas d’observation de l’apparition lunaire ou de préparations effervescentes de l’iftar, de regroupement familial pour la prière ou le repas du soir…
Mon mal de tête de tout à l’heure n’avait rien à voir avec la faim, c’est la conséquence d’un dépaysement momentané, bien ramadan…