Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

M. Renaud DONNEDIEU de VABRES,
Ministre de la Culture et de la Communication – France

GENEVE- La diversité culturelle, c’est en fait le thème du respect. C’est la conviction politique forte exprimée par le ministre français de la culture et de la communication dans cet entretien exclusif.

Au demeurant, il rejette l’idée du choc des cultures. Dans un langage lumineux et franc, M. Renaud DONNEDIEU de VABRES, rencontré à la Mission permanente de France à l’occasion de la remise officielle de la Tapisserie des Gobelins à l’ONU intitulée « LA PAIX », soutient que « chaque talent a le droit de rayonner ». Ce qui n’est pas une « arrogance », dit – il mais une volonté d’équilibre à mettre en valeur. Sur le même niveau que Abdou Diouf de l’OIF, Donnedieu de Vabres réitère un principe fondamental pour la Francophonie: « la culture n’est pas une marchandise comme une autre»

M. le ministre, la diversité culturelle, est un cheval de bataille pour la France au sein de l’UNESCO. Où est - ce que vous en êtes aujourd’hui?

« Vous savez c’est un grand projet politique parce que le thème de la diversité culturelle, c’est en fait le thème du respect. Le respect des traditions des identités et des cultures, des langues des savoirs - faire, des religions des consciences et donc, ce thème est très politique. Ce n’est pas uniquement la défense des œuvres d’art du patrimoine. C’est la défense d’une valeur politique.

Et dans ce monde qui est malheureusement meurtri par la barbarie, par le fanatisme, par l’intégrisme, cette valeur politique doit être mise à l’honneur.

Et donc la France souhaite avec beaucoup d’autres pays dans le monde entier qu’on considère que les œuvres de l’esprit, que la culture ce n’est pas une marchandise comme une autre. Que les Etats sont fondés à en assurer la promotion ! Il faut qu’il y ait un meilleur équilibre. C’est à dire chaque talent a le droit de rayonner et donc, c’est cette affirmation qui n’est pas une arrogance qui est tout simplement une volonté d’équilibre que nous souhaitons mettre en valeur.

Il y a une Convention qui se prépare à l’UNESCO. La grande majorité des Etats sont d’accord. J’espère que cette Convention va permettre à cette volonté politique de rayonner ».

Donc vous êtes contre cette idée du choc des civilisations qui a pris de l’ampleur avec Samuel Huntington ?

« Oui. Bien sûr, je suis pour la notion de dialogue, de rencontre de fécondation par les uns et par les autres. Non pas pour conduire à l’uniformité. Je peux dire dans un même élan "Vive la Culture du Sénégal", "Vive la culture française", "Vive la culture américaine". Ce qui compte, c’est qu’il n’y est pas une seule culture mondiale mais qu’il y est des identités, des traditions qui se rencontrent qui se découvrent qui se fécondent Donc, ce n’est pas un choc. C’est un dialogue ».

Vous avez parlé de la nécessité du dialogue culturel, mais quelque part on sent que ce refus de ce dialogue des cultures, conduit à une crispation identitaire, et à un combat d’arrière garde. Quel commentaire faites - vous de cela ?

« Vous savez, il y a toujours des discriminations qui sont choquantes de par le monde et sur ce point, je ne donne de leçons à personne. Même dans mon pays, il peut y avoir parfois des discriminations ou des atteintes qui soient portées aux Droits de l’Homme. Il faudra être extrêmement vigilant. Chaque être humain, quelle que soit la couleur de sa peau, quelle que soit son origine, quelle que soit sa religion, quel que soit son niveau social a droit à la même dignité ».

Quel est votre message aux Français africains victimes du feu ?

« Par définition, c’est celui de la solidarité et de la fraternité ».

PROPOS RECUEILLIS PAR EL HADJI GORGUI WADE NDOYE