Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

PAR MME DIOUF AIDA DIOP
JURISTE - GENEVE

Est - ce un sentiment réel que ressentent les blancs? S'il existe dans l'entendement de ce peuple, présente -t-il les mêmes similitudes que ce qui est ressenti par les autres Peuples. J'avoue que j'ai toujours conçu le racisme comme un phénomène qui épargnerait les blancs. Pourquoi? Je ne saurais le dire.

J'ai commencé à faire des recherches sur le sujet pour mieux comprendre sans doute ce que sera la vie de mes futurs neveux et nièces métis. Je suis tombée sur le livre de Bruno Gheerbrant qui s'évertue à démontrer, souvent dans un raisonnement peu convaincant, ce qui est le racisme anti - blanc.

D'autres recherches sur le sujet m'amènent à ces vérités:

  • Le sujet est trop sensible pour être traité à la légère.
  • Il met en jeu beaucoup trop de références: historiques, actuelles, géographiques, politiques voire philosophiques.
  • Le traiter en profondeur implique nécessairement d'exprimer son opinion sur le sujet. D'autant plus qu'il est déjà traité, et de quelle façon, par ce cher Bruno, même si la littérature, dans ce domaine est très pauvre, pour ne pas dire inexistante. Je ne serais certes pas du même avis que lui mais le simple fait "d'apporter de l'eau au moulin" est quelque chose à laquelle je ne suis pas encore préparée.

C'est un sujet très passionnant, et j'aimerais bien tout comprendre et disposer de suffisamment de recul et d'expertise pour faire un article. Je m'en voudrais d'avancer des affirmations basées uniquement sur le ressenti. Je suis par exemple convaincue, actuellement, que le sujet n'a pas sa raison d'être, que les blancs ne peuvent, eu égard à l'histoire, prétendre à une forme de racisme similaire à celle vécue par les autres peuples.

D'un autre coté, je suis convaincue que le racisme n'est pas le seul apanage de certains peuples, que chaque groupe de personnes peut y être exposé. Compte tenu de ce dernier élément, je pense que notre façon de penser le racisme anti – noir par exemple, nous stigmatise inconsciemment jusqu'à, peut-être, nous faire réfléchir de manière raciste vis à vis des autres.

Comme si nous étions seuls, en fin de compte, à souffrir du racisme. C’est finalement l'homme fondamentalement, qui est en cause face au racisme: comment le vit-il ? lorsqu'il en est victime. Comment en est- il transformé justement parce qu'il en est victime.

Le fait d'être présenté toujours du coté des bourreaux (je pense précisément aux blancs), est- ce une forme de racisme, en définitive? Une dernière interrogation, qui me semble importante, est de savoir si le sujet n'a pas été soulevé sans réel besoin, dans le seul dessein de noyer le sujet brûlant du racisme anti - black, anti - juifs, anti - beur, anti gays etc.