Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

VASSILI

Publié le, 13 décembre 2004 par

Par Mme Anne-Marie MAYOR

Genève - Sur une plaine boueuse, dans cette Russie d’avant la Révolution, de pauvres isbas aux couleurs délavées, quelques poules et chèvres en liberté, un gamin maigre, Vassili, le regard aigu, menton proéminent, mâchoires serrées, vit au milieu de frères et sœurs déguenillés comme lui. Leur mère, Euvdokia, veuve, élève des lapins dont la fourrure réchauffera les Moscovites lors de rudes hivers. Seul luxe, une vache, contre laquelle on s’asseyait pour recueillir sa chaleur, me confia Vassili. En songeant à l’avenir plus qu’incertain, le jeune garçon s’inquiétait.

Un jour gravé dans sa mémoire, Vassili voit s’approcher dans le chemin défoncé par le passage des charrettes, un monsieur bien habillé, chaussé, luxe extrême ! de bottes de cuir mais, surtout, Vassili est subjugué par la vue d’une montre en or suspendue à son gilet!

« Garçon, va porter ceci à ma datcha ». Vassili, tout heureux de l’aubaine, part en courant. Ses pieds boueux ne peuvent évidemment franchir le seuil de la villa, mais, par la porte entrebâillée, il contemple, fasciné, un parquet ciré, des tapis d’Orient, des tableaux aux cadres dorés, un lustre étincelant, des vases de cristal, de l’argenterie et de la vaisselle décorée !

Et c’est à ce moment-là, en une pensée fulgurante, qu’il décide de devenir lui aussi géomètre ! Toutes ses pensées sont dès lors focalisées sur cette seule intention…

Quelques mois plus tard, son plan solidement ancré en lui-même, Vassili se rend à Moscou. Dans sa poche, une LETTRE écrite et réécrite maintes et maintes fois, adressée au Tsar Nicolas II, sollicitant l’octroi d’une bourse d’étude. Et son intention ferme était bien de la remettre au Tsar en main propre !

Sur l’actuelle Place Rouge où l’on admire toujours la splendide Eglise de Basile-Le-Bienheureux, aux coupoles dorées, Vassili parvient à se faufiler dans la foule maintenue à distance par les Gardes impériaux. Les Moscovites attendent ainsi chaque jour l’éventuel passage du carrosse dans l’espoir de voir le Tsar, la Tsarine et leurs enfants.

Vassili, le regard perçant, poings serrés sur sa lettre au fond de sa poche, son cœur bat à tout rompre. Une longue attente… Surgit au galop le carrosse impérial tiré par quatre chevaux superbement harnachés.. Le corps tendu, comme un arc, Vassili prend son élan de toutes ses forces, mais rapidement il fut intercepté par les bras vigoureux des Gardes craignant un attentat. Le Tsar, accompagné de la Tsarine, ne vit rien de ce qui s’était passé… !!!

Vassili, effondré, anéanti, hors d’haleine, fut relâché sitôt la lettre lue…
Ce fut là la plus grosse déception de sa vie…

Mais il a transmis à ses fils, petits-enfants, quelque chose de sa farouche volonté et de la puissance de sa croyance inébranlable que tout est possible !
C’était certes un échec, MAIS il y a dans sa descendance de réels battants que rien n’abat !

Vassili, devenu mon beau-père quelques 40 ans plus tard, exilé en Suisse me contait alors, les yeux brillants et pleins d’émotion, sa Russie natale,le dégel de la rivière au printemps lorsque la glace craquait, le vol des corbeaux et celui, surprenant des étourneaux dans le ciel de sa naissance.