Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

« C’est fini ! On va vivre dans une autre mondialisation… »

  • Je ne peux pas être raciste ni intolérant face à la France.
  • On préfère jeter la nourriture que de l’envoyer au Sahel.
  • La dette , c’est comme le champion de bridge qui vous fait la poche et qui vous le prête.
  • Les Français et les Américains vont devenir meilleurs.

Esclavage, condition des Noirs aux Etats – Unis, dette de l’Afrique, Ahmed Ben Bella, se refuse à 88 ans, de croiser les bras face à l’injustice. Le premier Président de l’Algérie libre déposé par un coup d’Etat survenu en 1965, longtemps en exil en France et en Suisse, est resté fidèle à ses convictions de militant du PPA (parti pour la libération du peuple algérien) caractérisé par le refus du colonialisme et de la domination.

L’Homme garde intact ses convictions d’adolescent de 16 ans vivant sous l’occupation française. Ben Bella est entrain d’écrire, nous a –t- il déclaré « ses mémoires qui seront disponibles d’ici quelques années». Y a -t-il une volonté de ne pas gêner le pouvoir actuel? Nous l’avons rencontré au 6ème étage de l’avenue Ferdinand Hodler dans la vieille ville de Genève qui abrite son Ong - Nord Sud 21.

Travail domestique et esclavage

Il y a dans la vie, des hommes et des faits dont il faut parler, pour apporter plus de justice à l’Humanité. Parmi ceux là je retiens la liquidation des Amérindiens. Ce n’est pas un génocide d’un peuple mais de toute une race. Cette race parce qu’elle a une culture différente a été exterminée et est contrainte de vivre dans des ghettos et des réserves. Le second grand crime est la Traite des Noirs. C’est une blessure grave infligée à un continent et à ses habitants. Certes, il y a eu l’esclavage perpétré sur des Blancs mais la Traite négrière est atypique.

L’esclavage est inhumain, il a vidé pendant quatre cent ans un continent. Il y a eu 140 millions de morts dans la déportation sans compter ceux qui sont morts dans les plantations. Pour Platon, il n’y a pas de mal que trois domestiques travaillent pour un athénien. L’Islam pour sa part, même s’il n’a pas aboli l’esclavage, reconnaît que le plus grand bien est la libération d’un captif. D’ailleurs en terre d’Islam, le domestique partageait la même nourriture que son seigneur, il arrivait même qu’il se marie dans sa famille d’accueil.

On sent dans le Coran, une abolition progressive de la captivité. D’ailleurs aucune religion n’a proclamé l’abolition de l’esclavage. L’armée musulmane qui a battu Byzance a été dirigée par un fils d’esclave, même s’il avait la peau blanche. Il s’agit d’Oussama Ibnoul Harissa âgé de 18 ans seulement alors qu’il y avait dans le régiment les quatre Califs dont Seydina Ali, le plus jeûne.

La traite négrière est autre chose, les gens étaient enchaînés les uns les autres, entassés comme de la sardine et mourant de scorbut. Il n’y avait pas de justice, la loi c’est le « Code noir », qui permettait de couper la main ou le pied de l’esclave. Le continent africain était au même niveau de développement que l’Europe au début de la conquête. D’ailleurs certaines régions comme l’empire du Ghana et Tombouctou étaient plus développées que certains pays européens. L’histoire est là pour le prouver. L’Afrique avait beaucoup de richesses, l’or et le diamant, et c’est d’ailleurs son malheur. On s’est acharné sur un continent qu’on a vidé.

Je veux que l’Occident reconnaisse ses torts

Le Pape Jean Paul II qui symbolise la civilisation judéo - chrétienne a demandé Pardon à l’Afrique à Gorée, le Roi d’Espagne a demandé Pardon aux juifs pour l’inquisition, le Gouvernement français par son Parlement a reconnu que la traite des Noirs, est un crime contre l’Humanité, comme du reste il redécouvre les atrocités terribles qu’il a commises en Algérie. Quand on reconnaît ses torts, on devient meilleur. Je veux que l’Occident reconnaisse ses torts, la compensation vient après. L’injustice est inacceptable, je me suis battu contre le colonialisme dans les Aurès et je continuerai à me battre pour l’établissement de la justice dans le monde. Je suis révolté par l’attitude américaine qui ne veut pas demander Pardon pour l’esclavage des Noirs. Aux Etats - Unis, on vous pardonne rarement alors que le grand crime est le racisme.

La société américaine n’est pas aussi équilibrée qu’on nous le montre. L’Amérique a peur parce que 40 millions des Noirs américains sont descendants d’esclaves et ils sont des marginaux chez eux.
Non les noirs ne sont pas acceptés, ils sont laissés à la drogue, emprisonnés et marginalisés. 90% des prisonniers aux Etats – Unis, sont Noirs.

L’intérêt du pardon

Les USA doivent demander pardon à l’Afrique, la coopération irait mieux car quand on reconnaît qu’on a fait tort à quelqu’un, on est plus disposé à l’aider.

Le « Coup d’éventail» suivi du débarquement français de 1830 à la guerre de libération nationale de l’Algérie a tué des milliers et des milliers d’Algériens. Des avocats français m’ont apporté des armes lorsque l’OAS (organisation de l’armée secrète) a menacé d’occuper la France et voulait nous liquider prés de Saumure. Vous savez, je ne peux pas être raciste car la reconnaissance est importante, Jean Paul Sartre et les 120 signataires qui avaient accepté de soutenir l’Algérie, ont fait que je ne peux être raciste ni intolérant face à la France.

La reconnaissance d’une chose, est le commencement de la cure pour se débarrasser du mal qu’on a fait aux autres.
L’Afrique

Aujourd’hui, jamais la production alimentaire n’a été aussi importante, et pourtant la faim continue à décimer les populations. Les stocks existent mais sont jetés à la mer pour que les prix ne baissent pas. On préfère jeter la nourriture que de l’envoyer au Sahel. La dette nous écrase, le paiement des intérêts constitue un grand goulot d’étranglement. La dette c’est connu des économistes, c’est comme le champion de bridge qui vous fait la poche et qui vous le prête. l’Algérie doit 22 milliards de dollars mais elle a payé 60, plus de 3 fois la somme due.

La Banque Mondiale, le FMI sont créés pour perpétuer la suprématie des pays riches. Nous avons connu de l’Occident de grands hommes comme Montesquieu, Sartre etc., mais cet Occident là est loin derrière nous. Il nous faut aller vers un monde meilleur, mais c’est quand les gens commenceront à reconnaître ce qu’ils ont fait.

Il y a une logique en Afrique pour que les plus mauvais arrivent au pouvoir, les meilleurs sont considérés comme des dictateurs. C’est le cas de Nasser et moi - même parce qu’on les empêche de danser tranquillement. Nos dirigeants actuels doivent faire moins de mal à leur peuple. J’adore le Sénégal, vous savez votre pays a fait un passage à la démocratie remarquable. Il a montré qu’il était mûr. Le Sénégal a beaucoup de cadres. Que les dirigeants ne le déçoivent pas.

Après Durban, l’espoir

J’ai un espoir pour l’Humanité, nous allons tous devenir meilleurs, il y a une conscience qui monte. Les Français et les Américains vont devenir meilleurs. Le monde sera plus juste. On va vivre ensemble. C’est fini, on va vivre dans une autre mondialisation pas celle du colonialisme. Pas celle de la faim. Ni du Sida. Ni celle qui diminue ou restreint la vie des hommes, mais celle qui intègre le bonheur de toute l’Humanité.

Propos recueillis par El hadji Gorgui Wade Ndoye