Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Par Jan Egeland, Secrétaire-Général-adjoint de l'ONU aux Affaires Humanitaires et Coordinateur pour les secours d'Urgence sur l'invasion de criquets pélerins au Sahel et en Afrique du Nord.

L’invasion de criquets pèlerins qui frappe actuellement la région du Sahel est plus dramatique encore que celle qui fit des ravages de 1987 à 1989 et coûta plus de 250 millions d’euros à la communauté internationale. La situation est grave et il faut faire vite au risque d’assister à une véritable catastrophe humanitaire.

Trois millions d’hectares, soit la surface des Pays-Bas, sont déjà infestés et 875.000 hectares seulement ont été traités jusqu’à présent. Ce n’est pas suffisant. 200 millions de personnes en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Nord risquent d’être touchées si une lutte efficace et rapide n’est pas menée. Dans moins d’un mois il sera trop tard, les larves se transformeront en insectes capables de voler et le désastre coûtera plus de 400 millions d’Euros.

Cette catastrophe naturelle n’est pas nouvelle. Déjà la Bible évoquait une invasion de sauterelles. C’était la « huitième plaie d’Egypte.» Depuis les temps les plus reculés, l’homme est confronté aux nuées ravageuses de ces insectes migrateurs. Les criquets sont une terrible menace pour l’agriculture. Certaines espèces détruisent chaque année les cultures de pays dont l’équilibre alimentaire est déjà fragile. Ceci est aussi lourd de conséquences pour l’élevage puisque le bétail ne trouvera plus de quoi s’alimenter.

En Ethiopie en 1958, 167.000 tonnes de céréales avaient été détruites, soit la nourriture d’un million d’hommes pendant un an. En 1974, 368.000 tonnes de céréales avaient été perdues dans le Sahel africain. Au Mali, un million de tonnes de blé va être dévoré en dépit des efforts du gouvernement.
Depuis juillet 2003, des conditions écologiques particulièrement favorables ont stimulé la reproduction des larves au Sahel. Sous l’effet des pluies régulières succédant aux périodes de sécheresse, la végétation s’est développée et a favorisé le phénomène de pullulation et la formation d’essaims gigantesques. Rassemblées en bandes, les jeunes larves se comptent par milliers au mètre carré. Les plus âgées peuvent parcourir jusqu’à 200 kilomètres en un jour et ravager des centaines de d’hectares.

Les criquets ne connaissent pas de frontières. Leur aire d’invasion couvre l’Afrique, au nord de l’Equateur, le Moyen Orient, les péninsules Arabique et Indo Pakistanaise. Cela représente au total 57 pays et plus de 20% des terres émergées.

Ces populations d’acridiens se sont donc reproduites rapidement pendant la période estivale 2003, et conformément à leur circuit naturel, elles ont quitté les pays du Sahel au début 2004 pour remonter vers le Maghreb.

La Mauritanie, le Sénégal, le Mali, le Niger et le Burkina Faso sont gravement touchés. Dès le début de ce mois les criquets vont se diriger vers le Maroc et l’Algérie. Les larves mettent entre 35 et 45 jours pour se développer. Si rien n’est entrepris dans ce laps de temps, la Gambie, la Guinée, le Cameroun et même une partie du Soudan seront infestés à leur tour en décembre.

Les conséquences de ce fléau sont redoutables. La destruction des récoltes pousse les paysans à abandonner leurs villages et à gonfler le nombre des chômeurs dans les villes, comme s’est déjà le cas en Mauritanie, fragilisant encore l’équilibre économique et social.

Pour contenir l’invasion, il faut faire vite et traiter massivement les terrains infestés. La FAO a lancé un appel de 100 millions de dollars et n’a reçu jusqu’à présent que 20 millions. Les 38 millions de promesses de dons, quant à eux, tardent toujours à arriver ! La communauté internationale doit se mobiliser sinon les conséquences sociales et économiques seront d’une ampleur sans précédent. Les impacts financiers et environnementaux seront énormes.

Traitement massif donc pour donner un coup d’arrêt à ce fléau : des avions pour épandre l’insecticide, du kérosène pour les avions et les véhicules, des équipements pour protéger le personnel spécialisé. Certes des milliers de litres de pesticides ont été commandés pour protéger les récoltes des pays du Sahel, mais il faut maintenant faire vite et agir de la même façon afin de protéger l’Afrique du Nord.

Dans un deuxième temps, il faudra renforcer les moyens de lutte déjà existants.

Après la dernière grande invasion, une stratégie préventive a été mise en place. En 1994, la FAO a lancé avec ses partenaires, le programme d’alerte EMPRES (Système d’Urgence et de prévention) dans neuf pays traditionnellement touchés par le fléau : Djibouti, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Oman, l’Arabie Saoudite, la Somalie, le Soudan et le Yémen. Malheureusement la région occidentale n’a pas bénéficié de fonds pour mettre en place des projets similaires. Ce système de réaction précoce nécessite de nombreux moyens et il n’en a pas eu suffisamment pour rendre la lutte préventive opérationnelle avant le début de la recrudescence des insectes.

Renforçons donc la coordination. Augmentons les capacités nationales et régionales pour être en mesure de détecter les premiers foyers. Multiplions les équipes de lutte nationales contre le criquet qui se concentreraient sur la prospection et le traitement de petites invasions. La surveillance des conditions écologiques nécessite des personnels spécialisés, une imagerie satellitaire, des prospections aériennes et terrestres. Tout cela a un coût, certes, mais permettra aux populations des pays les plus pauvres d’éviter la famine et à la communauté internationale d’économiser des millions à l’avenir.