Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

INTERVIEW DE MADAME LA CONSEILLERE NATIONALE

Publié le, 30 juin 2004 par

« L’Intégration permettra à la Suisse de rester un pays de paix ».

Selon la Conseillère nationale LILIANE MAURY PASQUIER ( entretien)

Par Maman Astou

Vous êtes, l'exemple parfait de ce que l'intégration réussie peut donner au pays d'accueil. Vos ancêtres lointains sont des Africains, qui seraient même venus du Nord du Sénégal, aujourd'hui vous êtes une occidentale très fière. Est ce aussi la raison de votre engagement au sein de la francophonie pour le respect de la diversité culturelle?

Il est difficile de savoir pour quelles raisons l'on s'engage et quelles causes l'on défend et je ne peux donc pas vous dire si mon ascendance y est pour quelque chose. Mais je suis persuadée de la richesse de chaque culture et de l'intérêt de l'ensemble de l'humanité à laquelle j'appartiens de permettre le développement de toutes les cultures qui la composent.

Le Parlement suisse vient de prendre des mesures pour sanctionner les pays qui refuseraient de prendre leurs "ressortissants" déboutés du droit d'asile. Pourtant après l'échec de l'accord signé entre votre pays et le Sénégal, Mme Metzler affirmait qu'il n'y aurait pas de mesures de rétorsion. Est ce un désaveu à sa politique ou est ce tout simplement la Suisse de l'Humanitaire qui est derrière nous surtout avec l'arrivée de Blocher?

Je me suis personnellement opposée à cette mesure qui marque, parmi d'autres, le repli que connaît actuellement la Suisse. Cela ne constitue toutefois pas un désaveu de la politique menée par Mme Metzler mais une autre tentative de réaliser ce qui était aussi son objectif et qui l'avait du reste conduite à signer un accord avec le Sénégal. Ceci étant, il reste encore en Suisse un certain nombre de personnes engagées pour défendre le droit d'asile et pour aider les étrangèr-e-s à s'intégrer et elles me permettent de croire encore, à l'avenir, à une Suisse de l'humanitaire.

Première femme romande Présidente du Parlement Suisse, Première Dame de la Confédération en cette période, il y a deux ans. Quels étaient vos sentiments?

J'ai été particulièrement fière de pouvoir représenter dans cette fonction les trois minorités que constituent les femmes, les Romand-e-s et la gauche.

Quel bilan tirez - vous de cette présidence? Vous avez été aussi aux côtés des minorités, que sont les sans papiers, et les populations parlant le romanche. La bataille n'est - elle pas perdue?

Le bilan que j'en tire est positif puisque cette présidence m'a donné la possibilité d’apporter plus de visibilité à ces thèmes qui me sont chers. Bien sûr, il est toujours plus difficile de se battre pour des minorités mais cela ne m'empêche pas de continuer car je suis persuadée que c'est, plus que jamais, nécessaire.

Comment envisagez-vous l'avenir de la Suisse, qui vit plus ou moins harmonieusement sa diversité linguistique et culturelle et qui devra encore absorber d'autres cultures, d'autres mentalités?

Je pense que la Suisse, de par son expérience de pays multiculturel et plurilingue, a des atouts face à cette nécessaire confrontation à d'autres cultures et à d'autres langues. Forte de ses valeurs, elle doit simplement admettre qu'il convient de consacrer suffisamment de moyens à l'intégration des nouveaux venus qui lui permettra de continuer d'être un pays paisible