Ont collaboré à ce numéro

 CERIM
 ECOFIN
 Edition
 FMI
 HRW
 M. Brian T. NEUBERT
 Mme Audrey Azouley
 OMS
 RADDHO
 UE
 UIP
 UNIS

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

tyle type="text/css">

Diplomate de carrière, il porte la parole, en français, du Département d’Etat des Etats-Unis. Invité à Genève par la mission permanente des Usa auprès des Nations Unies, Brian T. Neubert s’est confié au «Soleil» sur différents sujets. Il a annoncé que Rex Tillerson, le Secrétaire d’Etat américain, sera en Afrique pendant une semaine au mois de mars prochain. Il devra visiter près de 7 pays.

GENEVE- (Suisse) -  «Le Sénégal est un pays stable qui joue un rôle positif. Notre relation diplomatique est profonde et sérieuse. Le Sénégal est un modèle et un exemple. Il y a des opportunités comme en Afrique du Sud, au Rwanda, au Ghana, au Kenya etc.», a souligné le porte-parole du Département d’Etat devant des journalistes internationaux et dans un entretien exclusif qu’il accordera à votre serviteur.

Présidentielles de 2019


Interpellé sur la situation politique avec l’approche de l’élection présidentielle de 2019, le diplomate américain rassure en interrogeant l’histoire moderne du pays. «Nous espérons que la prochaine élection présidentielle se passera superbement bien comme ce fut le cas par le passé. Nous allons continuer notre travail avec non seulement le gouvernement mais aussi avec le peuple sénégalais », a-t-il indiqué. Ne tarissant d’éloges sur le Sénégal, le diplomate américain qui connaît bien le continent africain, étant lui même basé en Afrique du Sud, poursuit : «Le Sénégal est l’une des étoiles de l’Afrique de l’Ouest. C’est une démocratie avec une économie en développement. Nous avons un partenariat très fort avec le Sénégal. Les Etats-Unis d’Amérique ont des intérêts en Afrique dont au Sénégal où notre coopération avec le Gouvernement est très efficace». 

  tyle type="text/css">

Intérêt de la langue française
Même si seuls 3% des Américains parlent français, Brian Neubert considère indispensable la communication dans la langue de Molière pour mieux expliquer la politique américaine aux centaines de millions de locuteurs de la langue qui sont en Europe mais aussi en Afrique sub-saharienne. Il estime que c’est une question d’efficacité : «Nous devons communiquer avec le reste du monde, chacun dans sa langue et notamment en chinois, en arabe et en français, etc.» M. Neubert donne, d’emblée, son exégèse  de la pensée du Maître actuel de la «Maison blanche», «America first» ne signifie pas «l’Amérique toute seule».

« America first » et « les pays de merde » attribués à Trump
S’agissant des propos attribués au Président Trump, il explique que «ce ne sont pas des mots ou des tweets qui déterminent la politique étrangère des Etats-Unis».

Et pour preuve, dit-il, une forte délégation américaine s’est rendue récemment à Munich pour prendre part à la conférence sur la Sécurité pour justement renforcer les relations des Etats-Unis avec ses partenaires et alliés européens. Il renchérit que c’est dans ce même esprit que le Secrétaire d’Etat américain se déplacera pour visiter six à sept pays africains au mois de mars prochain.

Rex Tillerson discutera avec ses homologues africains des priorités actuelles de son pays notamment celles liées à la sécurité, au développement économique, à la bonne gouvernance.  Autant de sujets «qui montrent que nous travaillons en parfaite collaboration avec nos différents partenaires», ajoute-t-il.

Sur l’énorme potentiel d’Agoa, cet accord économique qui donne aux pays africains un accès au marché américain et qui arrive à terme en 2025, il est d’avis que cet instrument n’a pas totalement bien été utilisé. Les exportations africaines hors pétrole sont estimées à 4,2 milliards de dollars.

On peut faire mieux en doublant ou en triplant cette somme, et, soutient-il, plus les Africains commercent entre eux et avec les Etats-Unis plus la croissance notée dans ce continent va aussi bénéficier à l’Amérique. L’administration Trump, dit-il, est clairement dans une posture de poursuivre de bonnes relations avec l’Afrique et dans un esprit gagnant-gagnant. Concernant la violence extrême et le terrorisme qui constituent un défi global, Brian Neubert a cité l’exemple de Boko Haram qui est en train de déstabiliser la sous-région. Il y a des défis liés également à la pauvreté, à la corruption, etc., mais les Etats-Unis, souligne M. Neubert, ont trouvé en l’Union africaine et dans beaucoup de pays, la volonté de faire face à ces fléaux et qui acceptent la coopération et l’aide américaine. Pour lui, aujourd’hui, plus que jamais, «les populations africaines veulent un avenir prospère et plus stable. Et c’est un objectif partagé». Le Secrétaire d’Etat rencontrera les officiels de même que la société civile et le secteur privé local. La liste des pays à visiter n’est pas encore publiée.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE