Ont collaboré à ce numéro

 Amb. Jean M,Ehouzou
 Christophe Boulierac
 ELYSEE
 MME SONA JOBARTEH
 ONU, OIF, UA, ODD
 UEMOA, SENEGAL
 UNIS, UNHCR
 UNIS, UNICEF

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Yemen: L’UNICEF dénonce l'enrôlement des enfants, le mariage précoce des filles.

Publié le, 26 avril 2017 par EL Hadji Gorgui Wade NDOYE

L'UNICEF qui protège les enfants est désemparée face à l'ampleur du désastre humanitaire. Dans cet entretien, Christophe  Boulierac, porte parole de l’organisation onusienne décrit une situation apocalyptique pour les enfants yéménites privés de tout et du plus important: leur innocence !

Quelle est la situation actuelle au Yemen du point de vue de l'UNICEF?

 
Deux ans après l’escalade de la violence au Yemen, les familles se tournant vers des mesures de survie extrêmes.  Le Yemen, pays le plus pauvre du Moyen orient est maintenant la plus grande urgence alimentaire dans le monde. Le nombre de personnes extrêmement pauvres et vulnérables a grimpé en flèche. 80% des familles sont endettées, la moitié de la population vit avec moins de 2 dollars par jour. Il y a un moment, lorsque la violence dure trop longtemps,  où les mécanismes d’adaptation des familles, qui sont laissées sans ressources ne fonctionnent plus. 

 Comment cela se traduit ? 

Premièrement : Les familles mangent moins, elles sautent des repas, elles optent pour des aliments moins nutritifs.Deuxièmement : La Malnutrition. Près d'un demi-million d'enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère : c’est une  augmentation de 200% depuis 2014 ( 160 000 en 2014, 462000 maintenant). Il y a aujourd’hui des risques de famine au Yemen Un enfant de moins de 5 ans sur 2 souffre de retard de croissance. Il y a 2.2 millions d’enfants malnourris (dont 462 000 de malnutrition aigue sévère).La moitié des enfants sévèrement malnourris se trouvent à Hodeidah, Sa’ada, Taizz,Hajjah et Lahj). UNICEF estime qu’un enfant toutes les 10 minutes de causes évitables telles que la malnutrition, les diarrhees, les infections respiratoires. Troisièmement : De plus en plus d'enfants sont recrutés par des belligérants et sont poussés à se marier tôt.
En 2016, Plus des deux tiers des filles sont mariées avant d'avoir atteint 18 ans, contre 50% avant l'escalade du conflit. Les enfants sont recrutés en plus grand nombre  alors que les combats s'intensifient. Il y a pratiquement deux fois plus d’enfants recrutés pour le conflit que l’an dernier au même moment.
 
 … La violence continue…
 
Le nombre d'enfants tués dans le conflit du Yémen a augmenté de 70 pour cent par rapport à l’an dernier. Près de deux fois plus d'enfants ont été blessés dans les combats depuis mars 2016 par rapport à la même période l'année dernière
 
Le système de santé du Yémen est sur le point de s'effondrer, laissant près de 15 millions d'hommes, de femmes et d'enfants ( sur une population de 27 millions) privés d'accès aux soins de santé (coupés d’aide médicale) – DONT ENVIRON 7 millions d’enfants
Une épidémie de choléra et de diarrhée aqueuse aiguë en octobre 2016 continue de se propager, avec plus de 22 500 cas suspects et 106 décès.
L’éducation : Jusqu'à 1.600 écoles ne peuvent plus être utilisées parce qu'elles sont détruites, endommagées, utilisées pour accueillir des familles déplacées ou occupées par des parties au conflit. Quelque 350 000 enfants sont incapables de poursuivre leurs études, ce qui porte à 2 millions le nombre total d'enfants non scolarisés. 
Les attaques sur les écoles ont plus que quadruplé, de 50 à 212.
 
Quels sont vos besoins pour faire face, défendre et protéger les enfants?
 
L'UNICEF continue de fournir une assistance vitale et urgente aux enfants les plus vulnérables, y compris les vaccinations, les aliments thérapeutiques et le traitement de la malnutrition sévère, le soutien à l'éducation, le conseil psychosocial et l'aide en espèces. 
Pour lutter par exemple contre la malnutrition, nous avons distribué des micronutriments à plus de 4 millions d’enfants et traité plus de 400 000 enfants de moins de 5 ans au Yemen contre la malnutrition aigüe sévère. En 2017, nous prévoyons d’en traiter 323 000 et de toucher plus de 4.5 millions d’enfants avec des micronutriments.  
Nous avons besoin de financements pour maintenir ces programmes vitaux, notamment avec des équipes mobiles. Pour 2017, 50% de l’approvisionnement en produits nutritionnels est financé.  Si nous n’avons pas de financement additionnel, nous n’aurons plus d’approvisionnement nutritionnel à partir de Juin 2017.
Plus d’argent est également nécessaire pour soutenir les mécanismes d’adaptation des familles, pour prévenir l’effondrements des services de santé et d’éducation et pour éviter les pratiques négatives de mariage précoce, du travail des enfants et de recrutement des enfants dans les groupes armés.
 
Votre appel d'urgence est il assez financé et par quels partenaires ?
 
Notre appel pour 2017 s’élève à 236.5 millions USD.  Nous avons reçu jusqu’à présent 85 millions USD.  Il manque 151.5 millions USD (soit un manque de financement de 64%)
Les principaux donateurs de notre appel pour 2017 sont:  The United Kingdom, OFDA, Germany, Japan, Humanitarian Pool Fund.   
 
 
Propos recueillis, à Genève, par El Hadji Gorgui Wade NDOYE