Ont collaboré à ce numéro

 Caribana Festival
 CETIM
 Club de la Presse
 DGVS
 FIDH
 Geneva International
 M.Mamadou KASSE
 Mme Pascale KRAMER
 Newzimbabwe.com
 Noé21
 OMPI
 Paleo Festival
 Sud Quotidien
 Swissinfo.ch
 Union Africaine
 UPAF

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Emissions de CO2 : Attention à l'utilisation des statistiques.

Publié le, 26 avril 2014 par El Hadji Gorgui Wade Ndoye

Les statistiques sont sujettes à interprétation, prévient l’ONG genevoise, NOE21.  Selon comment elles sont communiquées on peut leur faire dire tout et son contraire. Le Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC) a publié son dernier rapport d'évaluation AR5 le 13 avril. Quelques jours plus tard l'Office fédéral de l'environnement publiait les statistiques des émissions CO2 provenant de la Suisse pour la période de Kyoto 2008 – 2012. Ce qui fit dire à un quotidien romand : "Les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 8% en Suisse".

Chaim Nissim, fondateur de Noé 21, Philippe de Rougemenont et les animateurs de l'association genevoise spécialisée dans les solutions aux changements climatiques Noé21 tiennent à apporter des éclairages sur ces chiffres que les médias ont largement couvert mais souvent sans recul, prévient dans son communiqué l'ONG genevoise. Parfois des chiffres en omettent d'autres, voici plus bas et dans le document annexé de quoi compléter l'information accompagnant le dernier rapport du GIEC:

1. Oreiller de paresse. L'annonce réjouissante des réductions d'émissions en Suisse ne doit pas constituer un oreiller de paresse pour les années à venir mais devrait servir d'encouragement à continuer dans la même voie pour prétendre réussir la réduction prévue de 40% des émissions de la Suisse entre 1990 et 2020. Rappelons que les émissions de GES ont subi une augmentation accélérée au niveau mondial nous rapprochant d'un scénario d'emballement hors contrôle du climat. La Suisse doit donc augmenter ses propres efforts, aussi par l'aide attribuée aux pays émergents par le Programme global Changement climatique de la DDC.

2. Crédits carbone. A y regarder de plus près cette réduction de 10% de 2008 à 2012 n'est pas entièrement attribuable à la politique climatique suisse: 40% de cette réduction a été obtenue en finançant des réductions d'émissions dans des pays du Sud. Cette pratique des crédits carbone (Mécanisme du développement propre) est légale et économiquement rationnelle puisqu'elle nous permet d'obtenir davantage de résultats qu'en dépensant la même somme en Suisse. Cependant cela ne fait que temporiser : les émissions causées en Suisse devront aussi être réduites à terme.

3. Emissions délocalisées. Les marchandises consommées en Suisse sont très largement importées, notamment de Chine. Les émissions de gaz à effet de serre générées dans les zones industrielles à l'étranger et par les transports pour acheminer ces produits en Suisse, si elles étaient prises en compte, feraient doubler nos émissions nationales. Retenons donc que le niveau de consommation actuel génère une pollution cachée mais insoutenable et bien réelle.

4. Le choix déterminant de la période. La convention internationale sur le climat attribue à différents pays des objectifs de réduction d'émissions de GES pour atteindre l'objectif global d'éviter un réchauffement hors de contrôle. Pour la Suisse cet objectif était de réduire ses émissions de 8% entre la période 1990 à 2008. Le résultat en 2008 affichait une augmentation de 5,9% par rapport à 1990 (chiffres AIE). Ce n'est qu'en se focalisant sur la période 2008 à 2012 que la réduction de 8% a pu être obtenue.

5. Faire comme l'ONU et "oublier" l'aéroport ? Dans la même période 2008-2012,

le canton de Genève a diminué de 10% ses émissions. Mais si on prend en compte l'augmentation de 20% des importation de kérosène pour les besoins des avions au départ de Genève Cointrin (à 40% pour les low cost) les efforts du canton dans les domaines du bâtiment et des transports sont quasiment effacés et ramenés à une baisse de 0,8% de ses émissions de gaz à effet de serre.

Le changement climatique représente une menace grave sur les écosystèmes dont nous dépendons tous. Nous savons comment réduire fortement et rapidement nos émissions. Mais les efforts et investissements doivent être soutenus et renforcés.

Pour l'instant notre action ne suffit largement pas, poursuit notre source.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye