Ont collaboré à ce numéro

 ASBL-Belgique
 Ballet Béjart
 Dr Moustapha BARRY
 M Souleymane Diabaté
 M. Blaise LEMPEN
 Mme Awa Sène Sarr
 Mme Inès El-Shikh
 Mme Nafissatou Dia
 MmeCatherine Morand
 Nations Unies
 Spectacles Onésiens

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Bruxelles: Les Lingeers en dignes gardiennes du temple de la Culture africaine.

Publié le, 01 décembre 2013 par El Hadji Gorgui Wade Ndoye

Fondée en juin 2013, l’association les Lingeers (Lingeers Asbl « Sénégalaises de Belgique et Amies- ouverte à tous ceux qui vivent en Belgique pour qui la multi culturalité constitue une valeur essentielle.) présidée par la comédienne Awa Sène Sarr participe pleinement à la vie de la cité en Belgique, au Sénégal et en Afrique en abordant des thèmes liés à l’approche Genre. C’est dans ce cadre que des intellectuels notamment femmes sont invités à Bruxelles pour s’entretenir avec un public enthousiaste, métissé et attentif.

 

Bruxelles (Belgqiue)- Invitée à animer le deuxième café littéraire dans le cadre du volet Regards de Femmes initié par Asbl ; Nafissatou Dia a introduit le thème : Rôle et place des femmes dans la littérature africaine d’expression française. Dans une salle comble, l’auteure de SocioBiz a situé la place centrale de la femme dans la société africaine son influence sur les prises de décisions mais aussi ses problèmes et défis. Remontant la genèse de la littérature féminine d’expression française, Nafissatou Dia a cité depuis 1956, des femmes écrivaines dont les œuvres relatent la vie de leurs consoeurs, leurs problèmes, leurs espoirs, leur style d’écriture etc. Cheikh Niang de l’Union africaine a modéré la rencontre qui était marquée par des pauses de lectures de quelques œuvres et poèmes.

La culture au service du développement

Nafi Dia a été reçue avec une délégation des Lingeers par l’Ambassadeur Amadou Diop, Représentant du Sénégal en Belgique. Lors de cette audience de courtoisie, le diplomate sénégalais qui s’est réjoui de l’action de ses compatriotes et de leurs amis, a rappelé le rôle fondamental qu’occupe la culture dans le renforcement de la diplomatie. Monsieur Diop qui apporte l’appui du gouvernement du Sénégal aux Lingeers a tenu à les galvaniser avant le grand rendez-vous mensuel et littéraire qui a lieu une fois par mois et qui devait être animé vendredi dernier par Nafissatou Dia Diouf. Il a ainsi loué le génie et le talent des femmes sénégalaises qui renforcent l’efficacité du couple Culture-Paix sur lequel s’est construit la diplomatie de Léopold Sedar Senghor. En effet pour Senghor, la culture prime sur toute idéologie politique parce qu’elle seule porte les valeurs de « l’humanisme intégral » hors duquel il n’est épanouissement de la personne humaine, ni développement authentique et durable des peuples ».

La défense de la culture africaine est une nécessité absolue car l’image du continent est biaisée en Europe ; analyse Diaka Ndiaye, journaliste, présentatrice et productrice qui a réalisé près de 170 numéros de « Diasporas noires en France » pour France Ô et CFI. Interrogée sur le débat sur le racisme en France, Diaka Ndiaye qui connait bien Paris martèle qu’au lieu de parler de retour du racisme en France, il est mieux approprié de dire que la France raciste s’était cachée, elle a été toujours là. C’est ainsi qu’elle pense à l’image d’Awa Sène Sarr que le combat ne devrait pas se situer dans une revendication identitaire mais dans l’action pour illustrer plus que jamais les valeurs de la civilisation noire, c’est-à-dire que les Africaines et Africains soient debout pour promouvoir leurs cultures en toute fierté et en toute dignité car l’Afrique n’a jamais été dans aucun rendez-vous les mains vides. Cette illustration favorise la compréhension entre les peuples et constitue un remède contre les préjugés racistes, dit-elle.

En Belgique, ASBL a un programme riche et bien pensé qui entre dans la facilitation du dialogue multiculturel en repoussant les frontières de l’ignorance entre les peuples . «Regards de femmes», un volet du programme d’actions des Lingeers questionne à travers la question genre, le passé, le présent et l’avenir de la femme africaine. Le prochain café littéraire aura lieu le 13 décembre prochain au Kanodu un restaurant avec des spécialités culinaires du Sénégal tenu par Moustapha Cissé un compatriote qui se réjouit d’accueillir les Lingeers qui donnent une image positive de l’Afrique en Occident .

Amadou Diop, ancien conseiller diplomatique du Président Abdou Diouf, n’avait-il pas raison d’écrire dans son livre Sénégal : Repères et grandeur d’une diplomatie, publié en 2006,: « La culture constitue le meilleur moyen de dialoguer, de se connaître, de s’apprécier et de s’entraider » .

 

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye