Ont collaboré à ce numéro

 Abdelrahman DHIRAR
 Al-Hadj Adam YOUSSEF
 Amb. Fodé SECK
 Amb. Henri LOPES
 ASHA
 Les Créatives Onex
 M. Esteban ISNARDI
 Mme Laurie Turin,
 Paleo Festival
 PR IBA DER THIAM
 Pr Pape Amadou DIOP
 Roland Le Blévennec,
 Service Presse ONU
 Ville d'Onex

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

 Note de lecture de Mamadou Kassé- Dakar- Sénégal.

 

"Contribution pour une politique d’aménagement et de développement des territoires du Sénégal - Faire émerger des régions fortes pouvant atténuer des disparités spatiales." du Pr Pape Amadou DIOP- UCAD.  

Comment appliquer une gouvernance vertueuse du territoire, mettre fin aux disparités territoriales qui exacerbent les frustrations et accentuent les revendications et les conflits? Comment mettre fin aux injustices sociales, assurer les bases du développement durable, transformer les villes en levier de développement et restructurer les banlieues. A travers l’aménagement du territoire, il s’agit de bâtir des consensus forts pour reconfigurer le découpage territorial, organiser les synergies selon les potentiels de développement et rechercher les complémentarités avec les voisins immédiats et la sous région.

 

 L’ouvrage que vient de publier le Pr Amadou Diop de l’UCAD, spécialiste en aménagement du territoire et développement local arrive bien à son heure au moment ou la problématique du développement pose comme préalable la redéfinition des vocations des différents territoires.

Répondre à l’impératif de rééquilibrage des fonctions territoriales passe, en effet, par une politique d’aménagement globale et intégrée, pensée en fonction des spécificités de chaque région mais avec une vision d’ensemble, prenant en compte l’équilibre au plan national et l’équité, notamment dans le traitement des villes, des zones rurales et des régions du Sénégal.

Cet ouvrage intitulé «contribution pour une politique d’aménagement et de développement des territoires du Sénégal» se veut une piste de réflexion pour faire émerger des régions fortes pouvant atténuer les disparités spatiales constatées depuis l’époque coloniale.

Ouvrage de rétrospective, d’analyse et de prospective, il se structure en trois parties qui exposent les logiques de l’organisation territoriale, des régions historiques héritées d’un Sénégal précolonial aux régions économiques et urbaines en passant par les régions coloniales et administratives, les régions naturelles et éco-géographiques, etc. Les différentes phases de configuration et de reconfiguration, de découpage et de redécoupage en fonction des options et des choix politico-stratégiques ont été passées au peigne fin, analysées sous l’angle des ruptures et des continuités. Les enseignements tirés dans la première partie du document ont permis, dans la deuxième partie, de proposer une nouvelle forme de découpage répondant au mieux au contexte local et à l’environnement mondial.

La troisième partie qui se réfère aux principes de base qui fondent l’aménagement du territoire démontre l’opportunité et la pertinence d’opérer des ruptures comme souhaitées par les nouvelles autorités sénégalaises.

Si à travers son programme et sa profession de foi, le nouveau président de la République du Sénégal, Macky Sall, souhaite créer les conditions d’une productivité développante en mettant la priorité sur une agriculture moderne et suffisamment productive comme véritable moteur de développement pour stimuler l’ensemble de l’économie et améliorer les niveaux de vie et transformer le Sénégal, il dispose à travers cet ouvrage d’un vademecum pour dérouler son programme.

Faire du Sénégal un modèle de démocratie efficace passe, en effet, par des réformes institutionnelles permettant une véritable gouvernance démocratique. Celle-ci vise, entre autres, à garantir la paix, la sécurité, la stabilité et l’intégration africaine avec comme axe prioritaire la résolution définitive de la crise en Casamance par un dialogue inclusif et une diplomatie de bon voisinage.

L’ouvrage est une contribution académique, professionnelle et citoyenne qui préconise une meilleure articulation entre l’État sénégalais et ses Régions, une co-gestion et une co-responsabilité basée sur une approche inclusive et participative dans un contexte de consolidation de l’unité nationale, de solidarité régionale et d’ouverture mondiale.

Il constitue, à cet effet, un viatique pertinent et un levier pouvant servir d’outil d’aide à la décision pour la promotion et le pilotage d’une une politique d’aménagement global et intégré du territoire pensée en fonction des spécificités de chaque région avec une vision d’ensemble comme réponse à l’impératif de rééquilibrage des fonctions territoriales.

Outil d’aide à la décision, cet ouvrage est donc un vademecum des réalités géographiques, économiques et sociales des territoires, des milieux et des sociétés du Sénégal et un viatique pour une gouvernance vertueuse du territoire qui pose la problématique de la bonne gestion financière et de la co-responsabilité des citoyens et des élus qui ont l’obligation de rendre compte.

Il s’appuie sur une étude et une analyse profonde des réalités géographiques, économiques et sociales des territoires, des milieux et des sociétés du Sénégal et propose un schéma de structure.

Déconstruire, reconstruire et construire, tels sont les trois axes qui structurent cet ouvrage. Le document qui aborde la réflexion sur le cadre pertinent du développement territorial, n’est ni le produit d’une vision théorique, purement académique, parfois déconnectée de la réalité, ni d’un rapport administratif sans ancrage sur la réalité.

Il met en évidence la problématique d’une «architecture revue et corrigée d’un Sénégal où chaque espace, sur la base de ses ressources et de ses potentialités, aura à jouer sa partition dans une symphonie parfaite. Chaque région contribue, avec ses potentialités et son savoir faire, à une architecture d’ensemble.

La déconcentration, la décentralisation, l’autonomie des collectivités territoriales, régionalisation et provincialisation sont ici en jeu, et requièrent une réorganisation administrative pour répondre à de nouveaux paradigmes.

Le document insiste sur la valorisation des ressources humaines chargées de conduire les reformes, notamment celle de la provincialisation dont la réussite est assujettie à la maîtrise des enjeux, des programmes, des stratégies de mise en œuvre tant au niveau national qu’au niveau local.

L’ouvrage s’achève par d’utiles préconisations liées au financement des actions. Quelle autonomie financière pour les collectivités territoriales? Et à quel échelon: régional, provincial, communal? Et comment assurer le contrôle a priori ou a posteriori? Le document livre huit propositions d’orientation pour une nouvelle politique d’aménagement du territoire.

L’État, seul, n’a désormais plus les moyens d’une politique d’aménagement du territoire national, il n’en a plus, seul, la légitimité. Il faut désormais composer avec les collectivités en tant que partenaires légitimes et qualifiés. C’est de cette concertation que peut naître un programme à long terme de réorganisation efficiente permettant de dynamiser les énergies territoriales.

Pour y parvenir, une modulation s’impose, favorisant les énergies régionales et provinciales, en particulier par une libéralisation des pratiques, assortie d’une guidance nationale, régulatrice.

 
Par Mamadou Kassé