Ont collaboré à ce numéro

 2012 Elections
 ACANU
 Antgel, Ville d'Onex
 Antigel Festival
 Bulletin info OMS
 COTMEC, EIRENE
 Dahij
 Edilivres Paris
 Eric Bridier
 Etat de Genève
 Fal 2012
 Fest. de Philosophie
 HCR
 IBN SAID
 Ismael Lo,
 La tribune Sénégal
 M. Ibrahima Faye
 M. Sanou Mbaye
 Martin Tchapchet
 Medias Nord Sud
 Nafissatou Dia Diouf
 Olusegun Ol AGANGA
 Pr Maimouna Barro
 Sophie Bessis,
 Souley. Jules. Diop
 Toni Morrison
 UN SPECIAL GENEVA
 Université de Genève
 Whitney Houston
 Xavier Collin

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

En marge de la tenue du 3ème congrès panafricain de Munich où il a tenu en haleine le public en introduisant un thème sur Les exigences panafricanistes vis-à-vis de l'Union Africaine pour les 50 prochaines années“, l'ancien responsable du service politique de Walfadjri et ex-porte-parole d´Idrissa Seck, l'ancien premier Ministre du Sénégal, Souleymane Jules Diop a bien voulu nous parler de ses rapports avec le Président Abdoulaye Wade. Il donne son avis également sur une bonne tenue des élections présidentielles de 2012. 

Monsieur Souleymane Jules Diop, vous formulez souvent des critiques très virulentes envers le Président Wade et sa famille. Mais en même temps envers d'autres chefs d'état. Certains se demandent si vous ne nourrissez que de la haine envers Abdoulaye Wade et sa famille ou si vos critiques sont vraiment objectives? 

 

J'ai connu l’homme sous ses deux aspects. Je l'ai connu bien avant qu'il ne devienne président; et j'ai eu le privilège d'avoir collaboré d'une certaine manière avec lui. 

Je reconnais en lui un éminent homme politique, incomparable du point de vue de ses qualités intellectuelles et de son intelligence politique. Tout le continent africain portait un grand espoir en lui. On espérait qu´il allait changer la façon de faire la politique au Sénégal mais aussi partout en Afrique car il se réclamait du « consciencisme » d’un Kwame Nkrumah. N’oublions pas également qu’il était un ancien compagnon de Cheikh Anta Diop et qu'il était très actif dans le cadre de la Fédération des Étudiants de l'Afrique Noire de France (FEANF). On attendait de lui un changement dans les faits et dans les actes. 

 

Certes, il s’est imposé comme un homme politique africain d'une certaine manière avec des idées comme le NEPAD et des efforts pour une unité politique africaine. Son action a été quelque part altérée par de nombreuses maladresses et des incompréhensions parfois de ses pairs. Il y a aussi ses implications malheureuses qui ont abouti à des accusations qui ne l’honorent pas. C’est le cas par exemple de ses relations avec Laurent Gbagbo, son soutien presque ouvert aux rebelles et en Guinée, celles d´Alpha Condé concernant un coup d'état dont il serait impliqué. On a plus de mal de ses échecs quand on a aimé le personnage. Quand on aime quelqu'un, on vit plus mal ses échecs. La déception est encore plus grande parce que nous portions un grand espoir en lui.

C’est ce qui m'est arrivé à moi et à beaucoup de personnes. On attendait de lui qu'il pose les jalons d'une société africaine moderne et démocratique comme on aurait aimé qu’il quitte le pouvoir comme un Mahathir bin Mohamad de la Malaisie ou un Nelson Mandela en Afrique du Sud.

Mais s’il veut se maintenir c’est qu’il a le sentiment que quelque chose a été mal fait. Il a le sentiment de quelque chose d'inachevée mais à son âge on ne se refait pas. Il devrait donc transmettre le flambeau à la jeunesse africaine pour que d'autres perpétuent son œuvre comme certains de ses devanciers l'avaient fait.

 

Certains sondages annoncent la victoire d'Idrissa Seck en 2012. Quelle lecture faites-vous de cette élection présidentielle?

 

 Abdoulaye Wade avait pris l'engagement devant l'humanité entière qu'il n'allait pas se représenter pour un troisième mandat. J'espère qu'il va se retirer. Je pense qu'il ne mérite pas que sa candidature ne dépende uniquement que des délibérations du Conseil Constitutionnel. On espère qu'il ne va pas se dédire. Il faut rappeler que c'est lui-même qui avait bloqué la Constitution pour éviter un troisième mandat. S'il insiste il risquerait de se faire battre par des gens qu'il a fabriqués politiquement. Il a financé beaucoup de jeunes. Tous les responsables du PDS que vous voyez, il les a aidés à se doter de bagages intellectuels et une assise financière solide, le voir se présenter contre eux et se faire battre me semble délicat et regrettable. Je pense qu'il va se retirer dans l'intérêt même du Sénégal.

 

Concernant Benno Siggil Sénégal, ils sont dans une dynamique unitaire mais je ne suis pas très optimiste par rapport à l'unité de Benno. Mais je peux vous dire que Macky Sall et Idrissa Seck ont appris des leçons d'Abdoulaye Wade qu'ils sont en train de bien réciter et qui se traduisent dans des sondages. Il faudra compter avec eux à la prochaine élection présidentielle de 2012.

 
Comment faire pour assurer une élection paisible au Sénégal?
 

Une élection se prépare en amont par une phase pré-électorale pendant laquelle il y a la mise en place des structures administratives, c'est-à-dire la période d'inscription, de révision, de discussion sur la loi électorale elle-même, et ses conditions d'application, une entente sur le fichier électoral pour permettre un vote clair et honnête. Il y a la phase d'organisation matérielle qui revient à l 'État, la mise en place des urnes, les bulletins de vote, l'ouverture des bureaux à l'heure indiquée, la mise à disposition des listes électorales dans les bureaux de vote, le déploiement par le commandement territorial de tout le matériel en temps et lieux voulus,   et donner des garanties sur la sécurité afin que les populations puissent voter dans le calme. Il faut aussi s'assurer que l'expression de suffrages est bien respectée et que les résultats soient conformes à la volonté populaire, la déclaration des résultats en respectant les différentes étapes depuis les commissions départementales à la commission nationale et la confirmation des résultats par le Conseil Constitutionnel.

 

Il faut noter cependant qu'il y a des litiges sur la transparence du fichier électoral. Un travail a été fait dans ce sens par une commission sous l'égide de l'Union Européenne.


Il y a également un contentieux porté au Conseil Constitutionnel. Le contentieux porte sur la participation du Président de la République, à savoir s'il est dans le jeu ou pas. L'arbitrage de cette décision va impacter sur le climat social de même que l'attitude du Président de la République va déterminer les conditions dans lesquelles nous allons engager les élections.

D'ailleurs un homme religieux bien averti à demander à Abdoulaye Wade de se retirer de son propre gré car quelle que soit la décision du Conseil constitutionnel elle peut plonger le pays dans le chaos. Le Président doit aussi en tant que garant de la Constitution s'assurer de l'honnêteté du scrutin. C'est aussi une condition de stabilité post-électorale.

Il faudrait en outre faire comprendre au Sénégalais par les autorités du pays, les leaders politiques et les chefs religieux qu'une élection est un moment de choix d'un homme ou d'une femme et nous devons tous penser á la stabilité et au bien-être du Sénégal.

 

Pour cela il faudrait éviter ce qui s'est passé en 2007 avec les attaques de nervis entraînant la destruction des maisons. Tout cela n'est pas bon.

Par ailleurs, le refus de visa au secrétaire général de la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l'Homme) sont autant d'attitudes regrettables qui ne sont pas rassurantes. La seule personne qui peut agir sur les autres quel que soit leur sphère de décision c'est le Président de la République

 

La lucidité, la sagesse du chef de l'État sont attendues ou espérées. Nous pensons que sa sagesse prévaudra.

 
Propos recueillis à Munich par El Hadji Gorgui Wade Ndoye