Ont collaboré à ce numéro

 Abd. Djasnabaille
 Babacar Mbaye Diop
 BIT
 Commonground
 daniel rossellat
 Dr Djibril Diop
 Dr. Alpha Ayandé
 facebook
 Isidore FEUJO
 Le Courrier, Genève
 M. Gora Thiaw, CNES
 Mactar Silla
 Min. Abdi H Ahmed
 Min. Sada Ndiaye
 Mme Elisabeth Byrs
 Mme Takia .N. Fall
 Mody Guiro, CNTS
 Notre Sénégal
 opus one
 Paléo Festival
 Pambazuka
 Reed Brody, HRW
 serviceInfoONU
 swissinfo.ch
 unccd
 Xavier Colin

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, M. Joseph Deiss, a donné le 4 juillet 2011, à Genève, une conférence de presse à l'occasion de l'ouverture de la session de 2011 du Conseil économique et social (ECOSOC) de l'ONU.

Le Président de l'Assemblée générale a souligné que le débat de haut niveau du Conseil portait cette année sur le thème de l'éducation et a indiqué avoir mis l'accent, dans ses remarques en ouverture du débat de haut niveau ce matin, sur la nécessité pour l'ECOSOC de se concentrer sur les aspects économiques de l'éducation, et plus généralement sur les questions économiques qui sont stratégiques et d'actualité, afin de s'affirmer comme un acteur majeur de la gouvernance économique mondiale. En effet, les institutions multilatérales traditionnelles sont parfois critiquées, tandis que de nouveaux acteurs, tels que le G20, ont émergé. Il est donc nécessaire de développer un système de gouvernance mondiale qui reflète les nouvelles réalités et réponde efficacement aux défis mondiaux. Il faut pour cela un ECOSOC renforcé par une réforme substantielle. Cette question a été soulevée lors du débat thématique tenu le 28 juin à l'Assemblée générale à New York sur la gouvernance globale. L'avantage comparatif de l'ECOSOC comme détenteur de la légitimité pour la gouvernance économique globale, et à ce titre, son potentiel comme acteur majeur de cette gouvernance et partenaire naturel du G20 avaient été clairement reconnus.


Parmi les autres évènements marquant de l'activité de l'Assemblée générale au cours des dernières semaines, le Président a souligné la reconduction, le 21 juin, du Secrétaire général Ban Ki-moon, qui a démontré sa capacité à être au service de la communauté onusienne toute entière dans les moments difficiles. L'appui très large dont le Secrétaire général a bénéficié lors de sa réélection était de bon augure, selon le Président, pour les cinq années à venir.

Le Président de l'Assemblée générale s'est également félicité de l'adoption par consensus du budget pour les opérations de maintien de la paix et de l'aboutissement de la révision du Conseil des droits de l'homme ainsi que de la récente tenue d'une réunion de haut niveau sur le VIH/sida. Lors de cette réunion, la communauté internationale a réaffirmé sa volonté d'assurer la continuité dans la lutte contre ce fléau, de garantir au plus grand nombre possible l'accès aux traitements et de parvenir à réduire le nombre de nouvelles infections. Le Président a dit avoir été encouragé par l'annonce faite par plusieurs pays que leur taux de nouvelles infections avait décru. La réunion, qui avait été précédée d'une rencontre avec des représentants d'organisations non gouvernementales, a aussi été l'occasion de montrer à quel point les Nations Unies ont besoin des contributions de la société civile.

Enfin, M. Deiss a fait mention de plusieurs dates importantes à venir, notant qu'il se rendrait le 9 juillet à Juba pour l'indépendance du Sud-Soudan. Il est prévu que le Sud-Soudan deviendra le 193ème état membre des Nations unies dans la semaine qui suivra son indépendance. Sans nier les difficultés liées à cette question, le Président a souhaité que la presse mette aussi en lumière le chemin parcouru et les progrès accomplis. Il a également noté que l'Assemblée générale tiendrait le 12 juillet un débat interactif sur la responsabilité de protéger et le 25 et le 26 juillet une réunion de haut niveau sur la jeunesse.

En réponse à la question d'un journaliste, le Président de l'Assemblée générale a dit qu'il serait prématuré de faire le bilan de sa présidence, mais a jugé qu'une vraie réflexion s'était engagée sur les questions de gouvernance mondiale, et que l'Assemblée générale s'était inscrite comme le forum principal de cette gouvernance. Il a aussi fait mention de la publication par son secrétariat d'un guide à l'usage des délégations.


À des questions portant sur la réforme du Conseil de Sécurité, le Président a répondu qu'une telle réforme serait au bénéfice de tous les États membres, y compris ceux qui détiennent actuellement un droit de veto au sein du Conseil, car elle en renforcerait la représentativité. Il a donc appelé tous les pays membres à aller au-delà de leurs positions maintes fois définies et de trouver un terrain d'entente pour pouvoir enfin progresser à cet égard.