Ont collaboré à ce numéro

 Alassane DIOP
 Alpha Blondy, EPFL
 Aoua Bocar LY-TALL
 As. Suisse Banquiers
 Boubacar BA
 Bureau Info ONUG
 Catherine F-Bokonga
 El Hadji Gorgui Wade
 Emile Guirieoulou
 M. Mamadou BA
 Mamadou Sall
 Maryline Perrier
 Moustapha K. Gueye
 Muriel Berset Kohen
 Nguessan Yao Antoine
 Serge Bilé
 UNICEF, BIT
 Youssou Ndour

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Abdou DIOUF, le Secrétaire général de la Francophonie particulièrement heureux d’être à Genève le 22 juin passé pour présider le séminaire des ONgs francophones et participer à une conférence de presse conjointe avec la cheffe du département fédéral des Affaires étrangères - Micheline Calmy-Rey-, a annoncé que le XIIIe Sommet de la Francophonie qui aura lieu à Montreux, du 22 au 24 octobre prochain avec les soixante-dix chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie, abordera les défis et les visions d’avenir de la Francophonie à travers des thèmes en lien avec les grandes questions de politique internationale : gouvernance mondiale et démocratie, libertés et droits humains ; développement durable : sécurité alimentaire et climat ; langue française, diversité culturelle et innovation.

Les propos liminaires de Abdou Diouf devant les journalistes :

« Si je suis à Genève, c’est aussi pour participer, demain, à l’ouverture de la VIIe Conférence francophone des OING et des Organisations de la Société civile, qui constitue un moment important dans le dialogue permanent qui existe entre la société civile et la Francophonie. Le rôle de premier plan que joue la Suisse au sein de la Francophonie n’est plus à démontrer, un rôle dont l’accueil du prochain Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Montreux porte le plus fort des témoignages. En cette année 2010 où la Francophonie célèbre son quarantième anniversaire, le Sommet de Montreux constituera, j’en suis sûr, un moment fort dans l’histoire de notre Organisation.

Je voudrais rappeler tout d’abord que, si aujourd’hui l’organisation parfaite de nos amis Suisses nous le fait oublier, le temps accordé à la préparation de ce Sommet a été particulièrement court. Vous vous souvenez tous qu’à Québec, lors du XIIe Sommet de la Francophonie, les chefs d’Etat et de gouvernement s’étaient accordés pour tenir, en 2010, le Sommet à Madagascar. Mais les événements malheureux qui sont survenus dans la Grande île, comme vous le savez, ne nous ont pas permis de respecter cet engagement. Après un premier tour de consultation des Etats membres par la Présidence canadienne, la Suisse s’est portée candidate pour abriter le Sommet. Les Etats et gouvernements membres l’ont, immédiatement et unanimement, acceptée.

Pour préparer ce grand rendez-vous, la Suisse a mis en place une structure d’un très grand professionnalisme, placée sous la présidence de la Cheffe du Département fédéral des Affaires étrangères. Ce Comité national de préparation du Sommet travaille en parfaite collaboration avec le Comité de pilotage de l’OIF pour offrir à la communauté francophone des conditions de séjour et de travail à la fois conviviales et de grande qualité, à tous égards, dans un cadre prestigieux.

Sur la base de l’intitulé du XIIIe Sommet « Défis et visions d’avenir pour la Francophonie », les Instances de la Francophonie poursuivent, sous la présidence de la Suisse, la réflexion sur la structure et les thématiques de la Déclaration de Montreux. Un consensus s’est d’ores et déjà dégagé en faveur d’un texte n’excédant pas cinq pages, rédigé dans une forme affirmative, résolument engagé politiquement et dont la visibilité retiendra aussi l’intérêt des médias. Il est également convenu que la déclaration devra tout à la fois traduire les ambitions et la valeur ajoutée de la Francophonie, réaffirmer ses engagements et sa présence en tant que communauté de valeurs, et affirmer la position francophone dans les concertations internationales. Il conviendra également de faire toute leur place aux questions d’actualité qui concernent tant les situations de crise que la situation en Haïti, mais aussi le bilan du 10e anniversaire de la Déclaration de Bamako, et qui toutes appellent, à différents égards, l’attention et l’accompagnement particuliers de la Francophonie. La prochaine session du Conseil permanent de la Francophonie, le 9 juillet à Paris, sera une séance importante dont l’ordre du jour portera en grande partie sur la préparation du Sommet de Montreux.

En outre, des manifestations culturelles d’envergure et conviviales seront organisées dans l’environnement du Sommet. Je tiens notamment à signaler la mise en place d’un « Village de la Francophonie », tradition avec laquelle la Suisse a tenu à renouer.

Qu’il me soit permis de saluer, une nouvelle fois, la très forte mobilisation de la Suisse pour mener à bien tous ces chantiers d’organisation, dans les délais très courts imposés par les circonstances particulières de sa désignation comme hôte du XIIIe Sommet, et de leur réitérer ma pleine confiance et celle de l’ensemble de la Francophonie dans la volonté et l’engagement politique des autorités suisses pour le succès de ce Sommet historique. Je vous remercie. »