Ont collaboré à ce numéro

 Alassane DIOP
 Alpha Blondy, EPFL
 Aoua Bocar LY-TALL
 As. Suisse Banquiers
 Boubacar BA
 Bureau Info ONUG
 Catherine F-Bokonga
 El Hadji Gorgui Wade
 Emile Guirieoulou
 M. Mamadou BA
 Mamadou Sall
 Maryline Perrier
 Moustapha K. Gueye
 Muriel Berset Kohen
 Nguessan Yao Antoine
 Serge Bilé
 UNICEF, BIT
 Youssou Ndour

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

La Coupe du monde de football 2010 fut l’occasion de braquer pendant quatre semaines les projecteurs sur l’Afrique et des milliards d’yeux et de consciences rivés sur cette Terre-Mère de l’Humanité. Qui l’aurait cru il y a à peine une dizaine d’années que ce continent meurtri par cinq siècles d’esclavage, de colonisation, d’apartheid, et encore aujourd’hui, de néo colonisation, pourrait être l’organisateur et le pays hôte d’un des plus grands événement mondiaux qu’est la Coupe du monde du football plus suivi que les célèbres Jeux Olympiques. Au-delà de la dimension sportive et festive, la Coupe du monde du football a revêti au fil de son histoire, une dimension politique. C’est dans ce cadre que la Fédération Internationale du Football Association (FIFA) choisit l’Uruguay, double champion des Jeux Olympiques (1924 et 1928), comme premier pays organisateur de la Coupe, à l’occasion de la célébration du centenaire de son indépendance. Ce Pays champion ne participera pas à la 2ème Édition de la Coupe organisée par l’Italie en prise avec le fascisme. De même, la troisième Coupe organisée par la France en pleine Seconde Guerre mondiale est marquée par l’absence de plusieurs pays dont l’Angleterre, l’Uruguay et l’Espagne.

Cependant, plus que les dix huit (18) Coupes jouées au fil des soixante dix années (1930 – 2010) de son histoire, celle de 2010 revêt un caractère hautement symbolique pour l’Afrique et pour toute l’Humanité. Pour une des rares fois, le continent africain est positivement à l’ordre du jour, non pas l’Afrique en guerre ou affamée, mais l’Afrique dans ses beautés, celle de sa faune, de sa flore, mais aussi et surtout, celle de sa population plurielle, pleine de joie de vivre et d’humanité malgré les sévices inhumaines subis au fil de l’Histoire. L’Afrique offerte aux yeux du monde en 2010 est un continent qui revient de très loin, de cinq siècles de lutte contre l’anéantissement, de combat pour sa dignité, donc, d’héroïque résistance. Cette Coupe du monde de football du XXIème siècle se passe au pays de Nelson Mandela, l’un des plus grand Leader charismatique de tous les temps, l’humaniste hors pair. Elle est également jouée au moment où un Noir est à la tête de la Première puissance mondiale, les États-Unis d’Amérique et où la "First Lady" de la Maison Blanche est issue des Africain-e-s arraché-e-s violement à leur terre et déporté-e-s en Amérique où l’esclavage interne fut encore plus féroce que sur les routes de l’esclavage. Tous ces facteurs participent à la renaissance africaine et à celle de sa Diaspora. Le Ghana qui a été l’équipe africaine à atteindre la demie finale a battu l’Amérique après une âpre lutte. Ses membres étaient conscients de tenir le flambeau de tout un continent, comme l’a bien exprimé le gardien de but de son équipe au reporter sportif de radio Canada, monsieur Robert Frozi «nous avons joué pour toute l’Afrique et pour l’Afrique toute entière.» Comme cette "la balle de la liberté" de l’Algérie victorieuse, ce match du Ghana était celle de la dignité de l’Afrique, la marque de sa renaissance. Déjà celle-ci était affirmée au monde par l’obtention de l’organisation de cette Coupe par l’Afrique du Sud. La réussite Sud-africaine largement démontrée par l’éclat de l’ouverture de la Coupe a beaucoup dissipé les peurs ainsi que les doutes qui persistaient chez les uns et les autres. L’Afrique du Sud, pays vainqueur du système d’Apartheih a relevé le défi de l’organisation de la Coupe, puis, le Ghana, terre par excellence du panafricanisme où l’Africain Américain W.E.B. DUBOIS, père du panafricanisme fit son retour aux sources et s’installa en 1961, et enfin, pays de Khuameh Nkrumah, panafricaniste et Leader des indépendances africaines, a relevé le défi de la victoire de l’Afrique. Tous s’accordent que le Ghana n’a pas démérité face à l'Uruguay. L’Afrique donc a déjà gagné, car, elle a remporté la Coupe de la dignité et de la Renaissance Africaine. Certes, comme tous les continents, l’Afrique a encore plusieurs défis à relever, dont la violence. Cependant, comme nous l’ont montré les excellents reportages à radio Canada de François BUGINGO et Charles TRAHAM, les belles interviews de Raymond Desmarteau de Tam Tam/RDI ainsi que d’autres émissions télévisées telles que Radio Canada/RDI avec «Afrique en mouvement», TV5 avec «l’aventure du football africain », «l’Afrique en marche » et «l’Afrique dans la peau» avec Lucie Pagé ou RFO avec «Winnie, l’autre Mandela». Toutes ces émissions et bien d’autres à travers le monde montrent que les habitants de ce continent (femmes, hommes, jeunes et leurs Leaders) sont pleins de ressources et déterminés plus que jamais à relever le défi du développement. C’est d’ailleurs une responsabilité qui incombe à la Coopération internationale. Car, la globalisation nous montre comme le disait le rapport de la Commission des Nations Unies sur l’environnement et le développement ou rapport Brundtland, il y va de notre "Notre Avenir à Tous". Elle ajoutait : <> (CME&D, 1988: 52).Semble t-il que lorsque le Président Clinton fit appel au Roi Hussein de Jordanie _luttant en ce moment contre un cancer_ pour qu’il l’aide à réconcilier Yasser Arafat et le Premier d’Israël d’antan, le Roi leur aurait dit : «la Paix est le cadeau que nous devons laisser à nos enfants.» Puisse cette Coupe du monde du football de 2010 être le point de départ de la réconciliation de l’Humanité avec elle-même, de la fin des violences et des idéologies massivement destructives de l’humain afin que nous pussions offrir enfin à nos enfants _les générations montantes et futures_ ce précieux cadeau qu’est la Paix mondiale.
----------- 0 ----------- Aoua Bocar LY-TALL, Ph.D. Chercheure associée à l’Institut d’Études des Femmes de l’Université d’Ottawa, CANADA Sociologue & Expert-conseil en Genre, Environnement et Éducation à la Diversité, QUÉBEC Présidente-Fondatrice du Réseau " FEMMES AFRICAINES, Horizon 2015" (FAH2015) E-mail : aouab.ly.tall@ymail.com ; alytall@uottawa.ca Site Web : www.femenvie.ca ; Blogue : http://aouabocarlytall.wordpress.com