Ont collaboré à ce numéro

 CARI St-Laurent
 CGNews
 FIFOG
 Francophonie
 Labor et Fides
 M. Abdou DIOUF
 M. Asim Siddiqui
 M. El Hadji Diaw
 M. Emile P. W. DIOUF
 M. Gabriel Faimau
 M. Hamid FALL
 M. Mamadou BA
 M. Youssou NDOUR
 M. Zidane MERIBOUTE
 Me. Madické NIANG
 Mlle Véronique TAVEA
 OPUS ONE
 UNICEF

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Neuchâtel a célébré deux fils du Sénégal, le mois de novembre dernier. Nos compatriotes vivant dans cette belle ville suisse aux couleurs or, ont, avec le soutien de l’Ambassade du Sénégal et des autorités du Canton de Neuchâtel, rendu un vibrant hommage à Djibril Diop Mambéty (1945-1998), à Ousmane Sembène (1923-2007), deux cinéastes sénégalais qui ont marqué d’une empreinte indélébile le septième art africain.


A travers un festival de films dont l’ouverture a eu lieu, au Centre Dürrenmatt, le mercredi 25 novembre, sous la présidence de l’ambassadeur Babacar Carlos Mbaye et en présence de Frédéric Maire, Directeur de la Cinémathèque Suisse, de différents directeurs et chefs de Service et du représentant des autorités de la Ville de Neuchâtel, nos compatriotes ont voulu ainsi « participer à l’effort de compréhension, de tolérance et de co-développement entre le Canton de Neuchâtel et le Sénégal.»

Saliou Ndiaye, le Président de l’Amicale des Sénégalais de Neuchâtel, les autres membres du Bureau dont Moulaye Basse avec nos compatriotes neuchâtelois, ont réussi une belle prouesse. Affirmer leur identité, dans le respect des valeurs de leur terroir tout en s’ouvrant à la culture de leur terre d’accueil par la célébration d’un cinéaste (Mambéty) qui s’est beaucoup inspiré de l’oeuvre de Dürrenmatt. Faudrait-il le rappeler, dans son second long métrage, « Hyènes » (1992), Djibril Diop traite de la vengeance d’une vieille femme humiliée, d’après « la Visite de la vieille dame » de Friedrich Dürrenmatt. Par ailleurs, il y a comme qui dirait un lien mystique entre Sembène et Mambety, si l’on ajoute leur différence d’âge et la différence de leur vie sur terre, on obtient l’âge de Djibril Diop à sa mort. L’aîné meurt à 84 ans, son cadet à 53 ans. Sembène aura vécu 31 ans de plus que Mambéty alors qu’il est son aîné de 22 ans.

De la colonisation à la condition de la femme, de l’aide au développement à la corruption, du poids de la tradition à la solidarité, tous les thèmes de la société sénégalaise et africaine sont abordés par Sembène. En 1995, Diop Mambéty entreprend le tournage du « Franc » une trilogie sur le pouvoir et la folie qu’il appelle Histoires de petites gens. Son dernier film, « La Petite Vendeuse de Soleil » sortira en 1998 mais le troisième volet « L’Apprenti Voleur » ne verra – hélas – jamais le jour. Ami de la Suisse, l’auteur du court métrage « Badou boy» et du long métrage « Touki-Bouki », Djibril Diop Mambéty, le natif de Colobane à Dakar meurt le 23 juillet 1998.

En effet, les Sénégalais ont choisi de faire appel aux regards attentifs et naïfs, « lucides et généreux d’Ousmane Sembène et de Djibril Diop Mambéty, en prenant prétexte d’un hommage à rendre à ces deux éminents cinéastes. »

En réalité, Sembène et Diop méritent qu’hommage leur soit sans cesse rendu, « la qualité de leurs productions force le respect et donne envie de connaître leurs racines, au-delà de la source de leur inspiration » souligne Carlos Mbaye. Dans discours, le diplomate sénégalais a exprimé sa gratitude et sa très profonde fierté en se retrouvant, à Neuchâtel, dans cette ville à la beauté si attachante, pour la manière dont ses compatriotes se sont employés « à rester fidèles à leurs racines, dans la loyauté » à leur terre d’accueil. Il s’est dit convaincu : « qu’Ousmane Sembène et Djibril Diop Mambèty seraient tout aussi fiers » de la communauté sénégalaise de Neuchâtel.

Éveilleurs de consciences et de talents chez eux, ils sont aussi bâtisseurs de ponts avec les autres. Toujours, selon l’ambassadeur Carlos Mbaye : « La place qui est aujourd’hui reconnue au cinéma Africain, sur le plan international, doit beaucoup à ces deux géants ; et il s’agit d’une place qui ajoute à notre crédibilité et qui confirme que nous venons les mains pleines, à la « civilisation du donner et du recevoir » dans laquelle nous vivons déjà. communauté sénégalaise de Neuchâtel.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE