Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Le monde a connu tant de crises, de tensions et de guerres dont la cause principale n’était autre que la répartition inéquitable des richesses, la volonté d’en accaparer les sources ou de mainmise sur leurs lieux d’origine’. Le président tunisien, Zine El Abidine Ben Ali, a dénoncé cette situation aux conséquences désastreuses pour les pays du Sud, hier, à l’occasion de la tenue du 21ème symposium de son parti, le Rassemblement constitutionnel démocratique (Rcd). 

Gammarth (TUNISIE) - Réélu le 25 octobre dernier, pour un dernier mandat de 5 ans, le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali qui planchait hier sur le thème : ‘Quel système économique mondial pour garantir la stabilité et le développement dans le monde?’ a, dans un discours lu par son Premier ministre, Mohamed Ghannouchi, insisté sur le fait que ‘la stabilité, la paix, la sécurité et le bien-être sont des notions interdépendantes et indissociables dans la vie des peuples, tant au niveau national qu’au niveau international’. Pour le président tunisien, les troubles multiformes que traverse notre planète au niveau économique, écologique, avec souvent l’incapacité des dirigeants politiques à réagir efficacement ‘ont eu un effet des plus néfastes sur les peuples et les pays vulnérables et les plus démunis, qui n’ont pas la capacité de faire face à ces convulsions, du fait de la faiblesse des mécanismes du pouvoir en place’. 

L’humain au cœur du développement 

‘L’absence d’une approche globale prenant en considération la notion de développement humain équitable, a contribué à approfondir l’écart entre les pays et les peuples, et à élargir l’aire de cette crise dont les incidences ont frappé les pays en développement’, soutient Ben Ali. Ce dernier fera remarquer que ‘L’instabilité des cours des denrées de base et la hausse sans précédent des prix des hydrocarbures, au cours du premier semestre de l’année 2007, ont eu des répercussions directes sur les coûts de production, de stockage et de transport des denrées de base et des produits alimentaires, ce qui a mis en danger la sécurité alimentaire dans le monde et, tout particulièrement, dans les pays les moins développés’. 

 
Vigilance  

Malgré les signes annonciateurs d’une reprise réelle, quoique timide de l’économie mondiale, Ben Ali appelle à la vigilance. En dépit des récents développements de la conjoncture économique et financière mondiale ayant apporté des signes annonciateurs de la sortie de récession de l’économie mondiale issue de la crise, Ben Ali en appelle à la vigilance, à la coordination des efforts, au niveau international, et à l’intensification des mécanismes de coopération, pour prévenir le retour d’une pareille crise. En effet, dira le président tunisien, ‘c’est que nombreuses sont les données qui attestent de la fragilité de la situation, dans le contexte de la montée du chômage, du déficit des budgets publics et des paiements courants, et du recours de la plupart des Etats à une politique protectionniste’. Pour Ben Ali, ‘ce qui a aggravé la situation, c’est bien le danger de la pollution et de la dégradation de l’écosystème, la compétition débridée et la mondialisation de l’économie ayant donné lieu à une exploitation intensive et souvent incontrôlée des richesses naturelles non renouvelables.’  

 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE