Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Nations-Unies -  Des délégations soulignent le rôle du Conseil dans la mise en place d'un mécanisme de suivi des engagements pris en 2002 et 2008.

Le Conseil économique et social a tenu, le 23 juillet 2009, un débat sur la suite donnée à la Conférence internationale sur le financement du développement dans le cadre de son point de l'ordre du jour consacré au suivi des textes issus des grandes conférences et réunions au sommet. Plusieurs participants ont souligné le rôle que doit jouer le Conseil dans la mise sur pied d'un mécanisme de suivi des engagements qui ont été pris à l'issue de cette Conférence, qui s'était tenue à Monterrey (Mexique), du 18 au 22 mars 2002.

En effet, lors de la Conférence internationale de suivi chargée d'examiner la mise en œuvre du Consensus de Monterrey organisée à Doha (Qatar), du 29 novembre au 2 décembre 2008, les Chefs d'État et de gouvernements avaient reconnu la nécessité de mettre en place un processus intergouvernemental pour assurer le suivi de la question du financement du développement, qui examinerait l'état d'avancement de la mise en œuvre des engagements, identifierait les obstacles, les défis et les problèmes nouveaux et proposerait des recommandations et mesures concrètes.

De larges consultations ont été menées sur cette question au sein du Conseil, a expliqué  sa Présidente, Mme Sylvie Lucas. Elle a précisé avoir déposé  un projet de résolution sur la base de ces éléments en juin dernier. Le Conseil doit maintenant faire des recommandations appropriées et agir dans le sens d'un renforcement du processus intergouvernemental, a-t-elle souligné. Plusieurs délégations ont joint leur voix à  cet appel, estimant qu'il est aujourd'hui plus que jamais nécessaire d'assurer le financement développement, alors que les multiples crises menacent d'anéantir les progrès réalisés dans la mise en œuvre des objectifs du Millénaire pour le développement.

Les pays bénéficiaires et les pays donateurs doivent tenir les engagements pris à Monterrey, a-t-il été souligné. Pour les pays bénéficiaires, il est crucial, selon l'Union européenne, de mobiliser les ressources internes, ce qui implique notamment le renforcement de la gouvernance démocratique et de l'état de droit, la lutte contre la corruption et des efforts pour rendre les envois de fonds par les migrants sûrs et moins coûteux. Pour les pays donateurs, il est important de se tenir aux engagements d'aide auxquels ils ont souscrit. Alors que les ressources financières ne sont pas illimitées, il a été proposé de mettre en place une meilleure coordination entre les pays donateurs.

Les délégations des pays suivants ont participé au débat: Suède (au nom de l'Union européenne), Japon, Fédération de Russie, Mexique, Pakistan, Bélarus, Kenya, Algérie, Brésil et France.