Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a mis en place depuis maintenant 18 mois un programme de retour volontaire et de réintégration pour des migrants en situation irrégulière se trouvant sur le territoire marocain et qui souhaitent retourner vers leurs pays d'origine, a assuré Jean Philippe Chauzy porte parole de l’OIM (notre photo). 

Ce programme financé par la Belgique, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas et la Suisse a été mené en étroite coordination avec les autorités marocaines et celles des pays d’origine. Plus de 500 migrants ont ainsi sollicité l’assistance de l’OIM et sont retournés volontairement vers 20 pays d’origine différents, principalement le Congo-Brazzaville, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry et la République Démocratique du Congo,  a annoncé notre source. Selon toujours M. CHauzy : « La majorité (56%) de ces bénéficiaires est composée de jeunes hommes entre 21 et 30 ans et 87 femmes migrantes ont également pu bénéficier de l'aide de l'OIM ». 

Ce programme, nous dit-on, est innovant dans le sens où chaque migrant de retour bénéficie d’un projet de réinsertion. Ainsi, en collaboration avec les missions de l’OIM dans les pays d’origine, les migrants ont bénéficié d’un appui financier d'un montant maximum de 400 euros pour commencer une activité génératrice de revenus telle que : épicerie, commerce de vêtements, téléboutique ou encore salon de coiffure.

La possibilité  d’entreprendre un projet de réinsertion socio-économique est importante puisqu’elle permet au migrant de ne pas rentrer les mains vides, symbole de l’échec de son parcours migratoire, auprès de sa famille ou communauté qui a très souvent investi dans son projet migratoire. 

Afin de mesurer l’effet de l’assistance à la réinsertion une étude d’évaluation menée par un consultant indépendant est en cours de réalisation dans trois pays d’origine au contexte différent et auprès de migrants aux profils distincts. Les trois pays retenus sont le Congo-Brazzaville, la Guinée Conakry et le Sénégal.

L'objectif de cette évaluation est d'améliorer l'impact de l'aide à la réinsertion auprès de migrants qui ont souvent vécu les traumatismes lors de leur périple migratoire vers le Marco.

Au total, se sont plus de 1850 migrants qui ont pu bénéficier du programme de retour volontaire mis en place par l’OIM au Maroc depuis fin 2005.

Pour assurer la continuité de cette action humanitaire, un nouveau projet de retour volontaire régional assisté et de réintégration a été lancé en avril 2009.

Ce projet, d’une durée de 12 mois, financé par la Commission Européenne, l’Italie, le Royaume-Uni et la Suisse, permettra de répondre aux attentes de 1000 migrants en situation irrégulière et en transit au Maroc, poursuit le porte parole de l’OIM. 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, www.ContinentPremier.Com