Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

GENEVE- Le Rapporteur spécial sur les droits de l'homme des migrants, M. Jorge Bustamante, a conclu le 21 août sa visite au Sénégal, débutée le lundi 17 août. Cette mission, souligne un communiqué de l'ONU, avait pour objectif principal d'identifier les défis posés par la question des droits de l'homme des migrants afin d'explorer des pistes de solutions et de formuler des recommandations concrètes, en consultation avec les autorités gouvernementales et les acteurs de la société civile et de la communauté internationale.

Au cours de cette visite, le Rapporteur spécial a rencontré les plus hautes autorités de l'État, notamment les Ministres de la justice, de l'intérieur, des Forces armées et des Sénégalais de l'extérieur. Il s'est en outre entretenu avec les principaux collaborateurs du Ministre des affaires étrangères, de la fonction publique, de l'emploi, du travail et des organisations professionnelles, de l'économie et des finances, et de la famille, de la sécurité alimentaire, de l'entreprenariat féminin, de la microfinance et de la petite enfance. Il a également rencontré les directeurs de la Caisse de sécurité sociale et de l'assistance technique ainsi que plusieurs membres de l'Assemblée nationale.

Parallèlement, le Rapporteur spécial a rencontré des représentants d'organisations non gouvernementales (ONG). Il a aussi rencontré des membres du Comité sénégalais des droits de l'homme et a également discuté avec les agences du système des Nations Unies et quelques partenaires au développement.
 

Le Rapporteur spécial s'est enfin rendu dans les villes de Saint Louis et Mbour où il a échangé avec les autorités locales et les organisations de la société civile et où il a également visité une dara (école coranique).

Le Rapporteur spécial remercie vivement le Gouvernement sénégalais de son invitation, de l'accueil qui lui a été réservé, et de l'ouverture dont celui-ci a fait preuve pendant toute la durée de la visite. Il estime que cette invitation témoigne de la volonté réelle, au plus haut niveau de l'État, de se prêter à une évaluation indépendante et objective de la situation dans le pays des droits de l'homme des migrants. De même, il remercie les différents acteurs de la société civile qu'il a rencontrés de leur disponibilité et des informations fournies. Il exprime aussi sa vive gratitude au Bureau régional du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme à Dakar et à l'équipe de pays des Nations Unies pour l'assistance fournie tout au long de la préparation et du déroulement de la visite.

.

Le Rapporteur spécial souhaite en particulier féliciter le Gouvernement du Sénégal qui l'a informé, durant la visite, de la finalisation imminente du rapport qu'il devait soumettre au Comité des Nations Unies sur les droits des migrants, et pour la préparation duquel la société civile a été associée.

.

Bien que le Sénégal soit un pays d'origine, de transit et de destination de la migration, le Rapporteur spécial se réjouit d'observer le climat d'ouverture et d'intégration vis-à-vis des migrants désireux de s'installer au Sénégal et dont les droits sont garantis par un cadre législatif amélioré. Il se félicite également de ce que le Gouvernement porte son attention sur la question de l'émigration irrégulière et salue les efforts consentis pour protéger les droits, y compris le droit à la vie, de ceux qui tentent de migrer a travers des voies dangereuses, notamment par le biais d'une fructueuse coopération multilatérale et bilatérale. À cet égard, le Rapporteur a appris avec beaucoup d'intérêt que les départs et décès des migrants depuis les côtes sénégalaises par voie maritime ont nettement diminué au cours du premier semestre de cette année.

.

Le Rapporteur spécial souhaiterait donc encourager le Gouvernement du Sénégal à continuer à œuvrer pour renforcer la protection des droits de l'homme des migrants. À ce propos, selon les observations préliminaires issues des différents rencontres et entretiens, il voudrait inviter le Gouvernement à renforcer ses investigations et enquêtes sur l'immigration irrégulière au Sénégal avec le soutien de la communauté internationale et assurer la coordination avec les différents organes des initiatives en cours qui visent à protéger les droits des migrants et en particulier des femmes et des enfants migrants en concertation avec toutes les parties intéressées.

.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

.

ENCADRE : Mandat et fonctions du Rapporteur onusien sur les droits des migrants.

Le mandat du Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants a été  créé en 1999 par la Commission des droits de l’homme, conformément à la résolution 1999/44.  
En 2005, lors de sa 62ième session, la Commission des droits de l’homme a adopté la résolution qui prorogeait le mandat de trois années supplémentaires (Résolution- 2005/47).

Les principales fonctions du Rapporteur spécial sont : a) Envisager des voies et moyens de surmonter les obstacles empêchant d’assurer une protection complète et effective des droits de l’homme des migrants, en reconnaissant la vulnérabilité particulière des femmes, des enfants et des migrants sans papiers ou en situation irrégulière; b) Demander et recevoir des informations de toutes les sources pertinentes, y compris les migrants eux-mêmes, au sujet des violations des droits de l'homme commises à l'encontre des migrants et de leurs familles; c) Formuler des recommandations appropriées en vue de prévenir les violations des droits de l'homme des migrants et d'y porter remède, partout où  elles peuvent se produire; d) Promouvoir l'application effective des normes et règles internationales pertinentes en la matière; e) Recommander des actions et mesures à mettre en œuvre aux niveaux national, régional et international pour mettre un terme aux violations des droits de l'homme des migrants; f) Adopter une approche sexospécifique dans la demande et l'analyse d'informations, et s'intéresser particulièrement à la discrimination multiple et à la violence qui s'exercent contre les femmes migrantes; g) Donner une importance particulière aux recommandations énonçant des solutions pratiques en matière de réalisation des droits visés par le mandat, notamment en identifiant les meilleures pratiques et les domaines et moyens concrets de coopération internationale; h) Faire régulièrement rapport au Conseil, conformément à son programme de travail annuel, et à l’Assemblée générale, à la demande du Conseil ou de l’Assemblée.

Gorgui W. NDOYE