Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Par le Président de la République de Tunisie, M.Zine El Abidine Ben ALI

En ce début du troisième millénaire, le monde connaît des mutations profondes et des défis majeurs, tout particulièrement depuis le déclenchement de la nouvelle crise financière et économique, outre une aggravation des écarts économiques, culturels, médiatiques, scientifiques et technologiques entre pays développés et pays en développement, et une amplification inquiétante et préoccupante des obstacles à la paix et au développement. 

Nous avons besoin, aujourd’hui, plus que jamais, d’instituer un partenariat international pour le dialogue, la coopération, la paix et le développement, consacrant la communication entre toutes les nations, partout dans le monde, indépendamment de la couleur, de la race, de la religion ou de la langue.

Nous nous devons de rappeler que les pages les plus sombres de l’histoire de l’humanité, et les crimes les plus atroces commis à son encontre, puisaient essentiellement leur source dans les doctrines de supériorité raciale et des syndromes de grandeur civilisationnelle et culturelle.

Ce sont des doctrines et des syndromes qui ont perdu de vue cette vérité qui fait qu’un homme reste un homme, qu’il ait la peau blanche, noire ou jaune, qu’il soit musulman, juif ou chrétien. Ils ont également fait abstraction du fait que la civilisation humaine est un produit commun puisant dans des sources diverses, grandissant et s’épanouissant à la faveur des apports de divers affluents venant de l’Orient et de l’Occident, du Nord et du Sud; et que la culture humaine, elle aussi, a des origines et des couleurs multiples qu’elle a évolué et pris de l’ampleur grâce à des créations linguistiques, littéraires, intellectuelles et artistiques de peuples de tous les continents.  

Aussi rejetons-nous, une fois de plus, et de manière catégorique la tendance raciste qui cherche à propager l’idée de l’existence de races “supérieures” et de races “inférieures”, de cultures “créatrices” et de cultures “stériles”, de religion “pacifique” et de religion “violente”.   

Car, le progrès et le sous-développement sont deux notions relatives, liées à des facteurs historiques, politiques, sociaux et économiques qui sont en rapport avec les réalités de chaque nation et ses propres conditions, en une période donnée, qui s’estompent rapidement dès que disparaissent les conditions prévalant à l’entour et les causes qui en étaient à l’origine.  

Quant aux trois religions célestes, elles ont en commun des valeurs universelles auxquelles croient tous les êtres humains, telles que l’appel au dialogue, à la modération et à la tolérance et l’incitation à la fraternité, à la solidarité et à la bonne action.  

Nous croyons, quant à nous, que les valeurs du bien, de la vérité et de la justice, que les vertus de l’invention, de la création et de l’esthétique, n’ont point de nationalité, tant il est vrai qu’elles procèdent d’une propension humaniste au contenu universel, qui outrepasse les barrières géographiques et fait abstraction des appartenances ethniques pour servir l’homme, partout où il se trouve. 

D’où le respect et l’immortalité voués aux grandes figures mondiales, qu’il s’agisse de sages, de poètes, d’hommes de lettres, de philosophes, de penseurs, de savants ou d’artistes, qui ont rayonné sur l’humanité entière, et l’ont fait bénéficier de leurs nobles œuvres, consacrant ainsi la communauté de race et de destinée de tous les êtres humains. 

D’un autre côté, nous considérons que le dialogue que nous souhaitons et que nous préconisons de consacrer dans les relations internationales, ne peut réussir que dans la mesure où chacun de nous, à l’Est ou à l’Ouest, s’attache à initier, en premier lieu, son propre pays, à la culture du dialogue, de la tolérance et des droits de l’homme, à travers les programmes d’éducation et d’enseignement, tout autant que dans les activités des composantes du tissu associatif, dans les programmes des moyens d’information et de communication, et surtout auprès des jeunes et des femmes, afin d’ancrer cette culture dans les relations humaines et d’en faire une conviction inaltérable dans la réflexion et le comportement de toutes les sociétés humaines. 

Par le Président Zine El Abidine Ben Ali, (Extrait de son discours à l'ouverture de la Conférence internationale sur le « Dialogue des civilisations et la diversité culturelle »  (Carthage-Kairouan- juin- 2009)