Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

GENEVE- Sauver un million 300 mille personnes du Sida, faire en sorte que 70 millions de femmes aient accès aux préventions de la transmission de la mère à l'enfant et éviter deux millions 600 mille nouvelles infections et surtout permettre l'accès aux traitements aux six millions de personnes qui n'en ont pas.C'est le défi que veut relever l'Onusida. Le nouveau directeur exécutif du Programme commun des Nations unies sur le Vih/Sida (Onusida), le Malien Michel Sidibé, a un cheval de bataille : l'accès universel aux traitements contre la pandémie. L'objectif affiché par le nouveau Patron de l'Onusida est ambitieux et réaliste en attendant l'avènement du vaccin qui seul pourra éradiquer le Sida.

Après 28 ans, l'épidémie de Sida continue de défier les efforts de la planète qui peine à éradiquer la pandémie. Celle-ci décime des millions d'Africains tout en impactant négativement sur le développement du continent.

Michel Sidibé dont la nomination au poste de directeur exécutif de l'Onusida, avec rang de sous-secrétaire général de l'Onu, a été effective le 1er janvier 2009, en remplacement du Belge Peter Piot, s'est présenté à la presse internationale accréditée à Genève pour faire part de sa politique de lutte contre le Vih/Sida. Le point focal de cette lutte est l'accès universel aux traitements contre le Vih/Sida.

Si un certain nombre de pays offrent déjà l'accès universel au traitement antirétroviral et aux services de prévention de la transmission mère - enfant du Vih, et que d'autres sont sur la bonne voie, il n'en demeure pas moins qu'un nombre croissant de pays accusent un retard considérable, compromettant ainsi les Objectifs du millénaire pour le développement dans ce domaine.

Michel Sidibé est convaincu pour sa part qu'il est important de ne pas considérer le Sida de façon isolée. Pour lui, 'le Sida doit être une opportunité pour produire des résultats en utilisant les 14 milliards qui sont mobilisés chaque année et le mouvement social qui est né avec lui au service du développement'.

L'accès universel est donc une manière de créer, soutient Michel Sidibé, une révolution sociale pour qu'on n'ignore pas les personnes qui sont discriminées. Il a, ainsi, cité les drogués et les homosexuels. 'L'accès universel, a-t-il soutenu, est une question de justice sociale, une question de redistribution et une façon de créer des opportunités pour les plus pauvres afin qu'ils aient accès à leur droit à l'information'.

En termes de chiffres, si les décisions du G8, notamment, sont rigoureusement appliquées et que ces ressources promises soient dirigées vers les pays pauvres ayant déjà défini leur programme de lutte contre le Sida, 'on peut réellement sauver un million 300 mille personnes.

On peut aussi faire en sorte que 70 millions de femmes aient accès aux préventions de la transmission de la mère à l'enfant ; et on peut éviter deux millions 600 mille nouvelles infections et surtout permettre l'accès aux traitements aux six millions de personnes qui n'en ont pas'. Michel Sidibé a profité de sa rencontre avec la presse pour lancer un appel aux pays riches : 'Ne désinvestissez pas en Afrique malgré la crise financière'.

En effet, la politique adoptée par le Malien est conforme aux engagements pris par les gouvernements lors de la Rencontre de haut niveau des Nations unies sur le Vih/Sida de 2006 concernant l'élargissement de l'accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et à l'appui en matière de Vih d'ici à 2010.

Gorgui Wade NDOYE