Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

 
En tournée internationale pour la promotion de leur nouvel album, Welcome to Mali, Amadou et Mariam ont donné samedi un concert réussi au Château Rouge. 
 
(Annemasse-France) - ‘Démagogie en politique, nous n’en voulons pas, les dictateurs, ce n’est pas bon’. ‘Respect au peuple, de la paix pour le peuple’. ‘Le politicien trahit ses pairs, rien que pour la victoire’. Beaucoup de Sénégalais et d’Africains applaudiraient certainement ou se reconnaîtraient dans ces messages forts délivrés au Château Rouge, le samedi 24 janvier, par le couple de chanteurs non-voyants qui tiennent le bâton pour guider en toute clarté et en toute assurance le public chaleureux qui suit en toute confiance Amadou et Mariam joyeux et généreux. Le couple malien est en tournée internationale pour la promotion de leur nouvel album Welcome to Mali.  

Cette nouvelle production de seize titres allie différents rythmes, afrobeat, blues, rock, funky, mélancolique etc. Ces deux compagnons de vie qui ont décidé de s’unir, comme le suggèrent les titres 9 et 10 de Welcome to Mali, représentent cette Afrique conquérante, au-delà des clichés et de la misère. Amadou et Mariam incarnent en toute beauté une certaine Afrique démunie mais résolue à se débarrasser de ses dictateurs et autres politiciens véreux en prenant toutes ses responsabilités pour l’avènement du progrès. Les chansons Ce n’est pas bon ; Batoman, 2e et 14e titres, sont de véritables critiques de la société africaine. Et Amadou et Mariam, dans un continent déchiré par tant de crises violentes, invoquent l’amour comme antidote dans Je te kiffe et I follow you. Ils chantent une Afrique qui se veut responsable, ouverte et ambitieuse. Ancrée dans la pure tradition afro-manding, le nouvel album offre des sonorités modernes avec le concours précieux de Mathieu Chédid, Keziah Jones, Damon Albarn (Blur, Gorillaz,…), Tiken Jah Fakoly, Juan Rozoff etc.  

Le Château Rouge était plein à craquer et vibrait en toute chaleur alors que dehors la pluie battait son plein. C’est l’hiver en France. Il pleut, il vente et il neige. Maryline Perrier, enseignante à Ambilly, exprimera à la fin du concert sa joie pour la ‘chaleur’ du couple et sa ‘tendresse’. Mlle Perrier voyait pour la première fois Amadou et Mariam. Pour sa part, Sébastien Toucher, menuisier de Cuvat en Haute-Savoie, travaillant à Genève, ne pouvait en aucun cas rater le concert. Il est venu avec son amie qui, comme lui, voyage en Afrique, ce continent qu’ils aiment tant.  

Le centre culturel français, le Château Rouge d'Annemasse, a voulu faire entendre la voix de l’Afrique le week-end dernier en invitant le couple malien Amadou et Mariam. Cet intérêt pour la musique africaine, s'explique par ‘une volonté affirmée de faire une place importante dans la saison à la musique africaine’, a confié le Chargé de mission Musiques, Jean-François Ouvrard, un amoureux de la musique du continent noir qui a fait une des toutes premières dates de Tiken jah Fakoly et d'Amadou et Maryam en France il y a bientôt 10 ans.  

Faire connaître l’Afrique et sa culture sont une des ’priorités artistiques et politiques’ de Jean-François Ouvrard, qui programme chaque saison de grands concerts de musiques africaines, avec des stars internationales comme Ismaël Lô, Rokia Traoré, Youssou Ndour...  

La répétition est pédagogique, et dans une société moderne portée par l’hédonisme et l’égoïsme, et confrontée par tant de contradictions et de reniements, il n’est pas inutile de rappeler des choses simples, comme l’aurait soufflé une mère aimante dans l’oreille de sa progéniture : ‘Choisissez bien vos copains’ ou ‘démagogie dans la politique, ce n’est pas bon’.  

El Hadji Gorgui Wade NDOYE