Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

POURQUOI JE SUIS ALLE VOIR LE PAPE ?

Publié le, 11 décembre 2008 par

Par Tariq Ramadan

Londres - Les propos du pape Benoît XVI tenus à Ratisbonne le 12 septembre 2006 auront sans doute eu, sur le long terme, des conséquences plus positives que négatives. Au-delà de la polémique, cette conférence a provoqué une prise de conscience sur la nature des responsabilités portées par les chrétiens comme par les musulmans en Occident.

Qu’il s’agisse de propos malencontreux de la part du Pape ou simplement de la nouvelle la politique de l’Eglise catholique annoncée par sa plus haute autorité, cela importe peu. Maintenant, il faudrait identifier les questions qui doivent faire l’objet d’un véritable débat entre catholiques et musulmans.

Les références au djihad et à la violence de l’islam dans l’exposé du pape ont choqué les musulmans, même s’il s’agissait d’une citation de l’empereur byzantin Manuel II Paléologue.


Il est vraiment temps d’ouvrir le débat sur les fondements théologiques respectifs et le substrat commun des deux religions. L’appel des savants musulmans à travers le monde autour de la “Parole commune” allait en ce sens : nos traditions ont le même Dieu qui nous appelle à respecter la dignité et la liberté humaines.


Ces traditions soulèvent les mêmes questions sur les finalités de l’activité humaine et ont un même respect des principes éthiques.

Dans un monde qui traverse une crise économique sans précédent, où la politique, la finance, le rapport à l’humain et à l’environnement manquent de conscience et d’éthique, Il est impératif que le dialogue entre chrétiens et musulmans soit axé aussi bien sur les questions théologiques que sur les problèmes de valeurs et les finalités.

Notre dialogue constructif sur les valeurs et les finalités communes est autrement plus important et impératif que nos rivalités sur le nombre de fidèles, le prosélytisme et la compétition stérile quant à la détention exclusive de la Vérité.


Les esprits dogmatiques qui, dans les deux religions, s’accaparent la vérité, travaillent somme toute contre les intérêts de leur religion respective.


Quiconque affirme qu’il détient seul la vérité et que “le mensonge, c’est les autres”... est déjà dans l’erreur. Notre dialogue doit lutter contre les tentations dogmatiques en s’appuyant sur un dialogue profond, critique et toujours respectueux. Un dialogue dont le sérieux nous impose l’humilité.


Il faut commencer un dialogue sur les civilisations. La peur du présent nous fait parfois lire le passé avec une vision biaisée : le pape avait étonnamment affirmé que les racines de l’Europe étaient grecques et chrétiennes, comme pour conjurer la menace actuelle de la présence musulmane en Europe. Sa lecture est réductrice et il faut revenir aux faits passés comme à l’histoire des idées.


On s’aperçoit alors que cette opposition entre l’islam et l’Occident est une pure projection, presque un instrument idéologique, destiné à créer des entités que l’on oppose ou que l’on invite à dialoguer.


Or, il y a beaucoup d’islam en Occident et beaucoup d’Occident en islam, et il est important que l’on inaugure une réflexion interne et critique : qu’Occident et Europe ouvrent un débat de l’intérieur comme doivent le faire islam et musulmans afin de se réconcilier avec la diversité et la pluralité de leur passé respectif.


On s’aperçoit alors que le débat sur la raison et la foi, et les vérités de la rationalité, a traversé les civilisations, et qu’il n’est point une spécificité grecque ou chrétienne, ou encore une prérogative des Lumières.


Les propos du pape à Ratisbonne ont ainsi ouvert des chantiers qu’il faut explorer et exploiter positivement, afin de construire des ponts et de nous engager ensemble dans la contribution commune aux questions sociales, culturelles et économiques de notre temps.

C’est avec cet esprit que j’ai participé à ces débats les 4, 5 et 6 novembre à Rome, et à la rencontre avec le pape, le 6. Il s’agissait de faire face à nos responsabilités respectives et partagées, et de nous engager ensemble à rendre notre univers plus juste dans le respect des croyances et des libertés.


Il importe que chacun s’assoie à la table avec l’humilité qui consiste à ne pas penser qu’il détient seul la vérité, avec le respect qui exige que l’on écoute ses voisins et qu’on reconnaisse ses différences, et finalement avec la cohérence qui nous oblige tous à maintenir une perspective critique dans l’acceptation des contradictions qui peuvent exister entre le message et la pratique des fidèles.


Ce sont-là les éléments essentiels si nous voulons réussir.


* Tariq Ramadan, professeur d’Etudes islamiques et chercheur attaché au St. Antony’s College de l’Université d’Oxford et au Lokahi Foundation à Londres, est également le président d’une cellule de réflexion européenne à Bruxelles, appelée European Muslim Network (EMN).