Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Identité africaine dans la mondialisation des médias

Publié le, 15 septembre 2008 par

Par EDEM GANYRA, correspondant au Togo, Lauréat du Prix d'Excellence de l'UJAO 2008.

L’Afrique toujours en panne de créer sa propre identité médiatique

Du 31 juillet au 11 août dernier, les employés d’Africa n°1, radio qui se veut panafricaine, ont observé pour la énième fois un long mouvement de grève. Un débrayage qui illustre à volonté le malaise que traverse cette station radiophonique et qui remet sur le tapis la question de la disponibilité, par les médias qui se proclament « africains » ou se réclament de « l’identité noire », de moyens financiers à même de leur permettre de concurrencer valablement les grands canaux de diffusion de la planète. Et de gommer dans la mentalité de leur auditoire le « White way of life » (mode de vie à l’Occidental).

La question de fond du mouvement d’humeur observé entre la fin juillet et début août par les 93 employés d’Africa n°1 tournait autour de la négociation de leurs primes de licenciement. Ces employés réclamaient que ces primes leurs soient versées en fonction de leur rémunération annuelle (englobant divers primes et avantages sociaux) et non en se fondant sur le montant de leurs salaires de base. En d’autres termes, sur la base de la rémunération annuelle, l’enveloppe vouée aux licenciements s’élèverait à 06 milliards de fcfa alors que le comité de privatisation de cette chaîne gabonaise à vocation intercontinentale qui a vu le jour le 07 février 1981 ne proposait que « 400 millions de fcfa ».
Depuis janvier 2008, Tripoli, à travers la LJB (Libyan Jamahiriya Broadcasting) avait acheté 52% des parts d’Africa n°1 en recapitalisant ce média qui faisait face à d’énormes difficultés financières depuis plusieurs années. Libreville avait gardé toutefois 35% des actions de ce canal de diffusion radiophonique et le secteur privé local 13%. Aux termes du plan social négocié entre la LJB et Libreville (plan social financé par l’Etat gabonais), le licenciement des 93 salariés de la station qui se veut panafricaine était prévu, la LJB étant libre de réemployer ou non qui elle voulait. La conciliation entre les agents d’Africa n°1 et leurs nouveaux patrons qui est intervenue par la suite ne peut en aucune manière nous rendre amnésiques au sujet du fossé qui sépare cette chaîne d’information qui émet depuis Moyabi (Gabon) et ses principaux concurrents que sont RFI (Radio France Internationale) et BBC (British broadcast corporation), en matière de couverture et de livraison de l’actualité africaine. Certes, la LJB nourrit l’ambition de redorer le blason de cet organe d’information, célèbre auprès des auditeurs d’Afrique francophone grâce à des voix comme celles de Patrick Ngema Ndong ou encore du défunt Omer Léonce Rembenambia, en la restructurant totalement. Diffuser dans toutes les régions du continent noir sur différentes fréquences et dans plusieurs langues non-africaines et internationales comme le français, l’anglais, l’arabe et aussi en bambara (langue dont le parlé est répandu en Afrique de l’ouest) et en swahili (langue qui sert de véhicule identitaire en Afrique orientale et australe) sont les maîtres mots de la nouvelle politique que veut imprimer la LJB à Africa n°1. Une politique qui ne demeure actuellement qu’un vœu et laisse filer davantage quotidiennement RFI et BBC. En effet, généralement, dans les pays francophones de l’Afrique, les réflexes des auditeurs, lorsqu’ils éprouvent le besoin de s’informer sur l’actualité de leur continent et du reste du monde, sont désormais connus : ils se branchent soit sur les fréquences de RFI ou de BBC. Même en matière de livraison de l’actualité purement africaine, la concurrence entre la chaîne française, britannique et celle qui se proclame « la voix de l’Afrique dans le reste du monde » est sans nom : Africa n°1 dispose d’une cinquantaine de correspondants dans le monde entier alors que RFI est représentée par des plumes dans la quasi-totalité des Etats africains, sans compter ses localiers dans les autres régions géographiques de la planète. Quand « la radio panafricaine » arrête ses programmes, du lundi au dimanche, sous le coup de 23h, RFI et BBC continuent d’émettre, 24/24, tout en agrandissant le réseau de leurs stations partenaires dans des pays dans lesquels elles n’ont pas encore de relais FM (Modulation de fréquence) ! Après 27 années d’existence de la station émettant de Moyabi, « les voix de la France et la Grande-Bretagne dans le reste du monde (RFI et BBC) », pour ne citer que ces deux médias appartenant à des Occidentaux, accordent plus de place à la promotion des langues africaines comme le haoussa ou le swahili qu’Africa n°1 ne le fait. Des “performances” qui jettent du discrédit sur le chiffre des 20 millions d’auditeurs que prétend posséder l’ex-station dont les actions étaient exclusivement détenues par le pays d’Omar Bongo Ondimba, alors qu’au même moment, RFI qui bénéficie de meilleurs atouts techniques et financiers se réclame modestement la paternité de 40 millions d’auditeurs, toutes ses fréquences sur la planète confondues.

Au-delà d’Africa n°1

Cette sinistrose ambiante dans laquelle semble baigner le média dont les parts appartiennent en majorité dorénavant à la LJB n’épargne pas d’autres moyens de communication de masse à l’échelle du continent africain. La PANA (Agence panafricaine de presse) n’est plus que l’ombre d’elle-même en matière de presse écrite alors qu’aucun projet de création d’une chaîne de télévision africaine d’information continue comme France 24 ou Al Jazeera ne s’est pour le moment matérialisé. D’ailleurs, la simple évocation de pareils projets relève déjà d’une gageure. Du coup, les médias des ex-colonisateurs s’approprient la création et la diffusion d’images sur l’Afrique, parfois au grand dam des réelles réalités du continent berceau de l’humanité. Ainsi, dans leurs bulletins quotidiens d’information, les chaînes publiques africaines de télévision ne servent qu’à leurs téléspectateurs et téléspectatrices que reportages ou images qu’elles reçoivent généralement d’AITV-RFO (Agence internationale de télévision-Réseau France d’Outre-mer).
Cette quasi-dictature des images de l’Occident en Afrique se remarque aussi en matière de diffusion des sitcoms ou telenovelas. « Marimar, Maria la del bario, Rosa Salvaje, le Prince de Bel air, Colombo etc. », personnages de séries télévisées produits au Nord ou dans d’autres Etats du Sud situés hors du continent berceau de l’humanité, mènent une rude concurrence et supplantent dans certains cas des acteurs talentueux africains comme Michel Gohou, Souké, Siriki et compagnies. Jusqu’à quand l’Afrique va-t-elle ainsi continuer de se singulariser en refusant de promouvoir elle-même ses propres valeurs ? Pourtant, ce n’est ni le personnel qualifié ni les moyens pécuniaires qui font défaut en Afrique où la somme d’argent que gagne le lauréat du Prix Mo Ibrahim (en référence à la distinction promue par le richissime Soudanais du même nom) est plus élevée que celle qui revient à un Nobel.
A tout prendre, la dépravation des mœurs (d’un point de vue vestimentaire, comportemental, éducatif etc.) qui a posé ses tréteaux dans les rues de l’Afrique, sur la base de la transposition que fait la jeunesse africaine dans son vécu quotidien du « White way of life », ne connaîtra un début d’éclipse que si les journalistes du continent repensent leurs médias. A défaut, après avoir cédé aux sirènes du « White way of life », l’Africain pourrait filer doux à la « Chinese way of life ».