Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Interpellée lors de sa conférence de presse lundi au Palais des Nations-Unies sur le livre : « L’Afrique répond à Sarkozy contre le discours de Dakar», Rama Yade, Secrétaire d’Etat français auprès du Ministre des Affaires étrangères et européennes, chargée des Droits de l’Homme, prône le dépassement. La Française d’origine sénégalaise, croit que les relations entre l’Afrique et la France méritent mieux que d’entretenir des polémiques.  

« Je crois que sur le discours de Dakar, le Président de la République s’est déjà expliqué. Je crois que c’est lui qui est le mieux à même de donner sa position. Personnellement, je ne crois pas qu’il était venu dans un esprit polémique. Il faut maintenant passer à l’apaisement. Entre l’Afrique sub-saharienne et la France, il y a beaucoup mieux que d’entretenir des polémiques. Le Président a un immense respect pour l’Afrique. Il l’a montré lors de son déplacement au Tchad et en Afrique du Sud. Son déplacement au Tchad montre qu’il est dans la rupture face à la France Afrique. Il n’a pas hésité à parler du sort des opposants qui ont encore disparu. C’est une position qui est à son honneur et dont je me félicite. En Afrique du Sud, il a tenu un discours fort sur la question des accords de défense. Ça aussi c’est une mise en œuvre de sa politique de rupture. Je crois au delà des polémiques et des mots, il faut regarder la réalité de ce qu’il fait. Ce qu’il fait, est une mise en réalité de la rupture en matière de France Afrique ». 

Le discours de Dakar est considéré comme une insulte par la plupart des intellectuels africains indépendants qui pourtant ont noué de solides relations avec la France : Mamadou Diouf, historien à Columbia, invité personnel du Président Chirac au sommet France-Afrique à Cannes, le Camerounais Achille Mbembé, l’écrivain Boris Diop, Amadou Mactar Mbow ancien Dg de l’UNESCO, le philosophe Souleymane Bachir Diagne, Makhily Gassama, ancien ministre sénégalais, des journalistes sénégalais et tant d’autres encore.  

A l’ONU, où elle représentait la France à la 7ème Session du Conseil des Droits de l’Homme, Mme Yade a rappelé qu’il y a 60 ans au Palais de Chaillot le 10 décembre 1948 que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme a été signée et proclamée à Paris. Par ailleurs, sa rédaction doit beaucoup à un Français René Cassin, qui a œuvré aux côtés de l’Américaine Eleanor Roosevelt à l’élaboration de cette charte de l’humanité.  

Elle a par ailleurs relevé le rôle éminent que jouent les femmes africaines dans le développement du Continent. Pour elle, on ne doit pas oublier toutes ces héroïnes africaines quand la Communauté internationale fêtera le 8 mars les Femmes.   
Par El Hadji Gorgui Wade NDOYE