Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

L’Ong britannique Oxfam, s’est émue dans un communiqué en anglais du forcing européen face à l’Afrique. Pourquoi Oxfam rejette t elle les APE?  
Cette Ong qui lutte contre la pauvreté, considère que les accords proposés par la Commission Européenne sont des accords de libéralisation plutôt que de véritables partenariats. Ils vont obliger les pays ACP à ouvrir leurs marchés sur 80 à 97% de leurs tarifs, remettant en cause toute tentative de protection des petits agriculteurs et des industries naissantes. Ces accords, justifie OXFAM, auront également un impact important sur les ressources financières tirées des droits de douane, ainsi que sur les processus d'intégration régionale en cours, notamment en Afrique.

Contourner l’OMC  

Obtenir de l’Afrique, ce que l’OMC ne nous donne pas. Telle semble être la stratégie scandaleuse de l’Europe. Un rapport de Christian Aid, montrait déjà que la libéralisation unilatérale du commerce a causé une perte de 13, 6 milliards pour les pays les moins avancés pendant les 20 dernières années. Ce qui représente près de 270 milliards de dollars, soit l’équivalent de la dette de l’Afrique tout pays confondu. Comment dès lors s’étonner que des jeunes quittent leur terre natale pour d’autres cieux en quête d’une survie et d’un eldorado improbable?

« Les accords tels que proposés par la Commission Européenne prévoient des négociations sur des sujets qui ont été rejetés par les pays ACP dans le cadre multilatéral, notamment sur la question de l'investissement» dénonce Romain Bennicchio d’OXFAM-Genève. Plus généralement, les APE risquent de remettre en cause certains des gains attendus au terme des négociations en cours à l'OMC, notamment sur la question des clauses de sauvegarde.

Ainsi, OXFAM rejette la décision de la Commission Européenne qui s’est réunie à Bruxelles à la suite du 2ème Sommet Europe-Afrique qui a eu lieu du 7 au 9 décembre à Lisbonne.  Mais les pays pauvres ont-ils le choix ?

«L'union Européenne met les Pays ACP dans une position impossible, qui est d'accepter des accords de libéralisation risquant de remettre en cause leur développement économique ou de voire les droits de douanes sur leurs exportations être relevés au premier janvier 2008». La Namibie pourrait perdre par exemple  45 millions de dollars de ses exportations (bœuf, poisson, raisins) vers l'UE  si elle ne signe pas un accord avant la fin de l'année.

Face à cette situation, OXFAM plaide : « Il est important que les pays membres de l'Union poussent la commission à donner un délai aux négociateurs au delà de la fin de l'année. Les pays qui ont déjà signé un accord devraient également être autorisés à revoir les clauses problématiques des accords signés».  

Par El Hadji Gorgui Wade NDOYE