Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

ETHIQUE ET INTERNET

Publié le, 13 novembre 2007 par

Par Mohamed Bassirou NDIAYE, administrateur de Archipo.Com

Les dernières informations relatées par la presse nationale et internationale donne une vision triste de notre pays jadis cité parmi les modèles de démocratie.

Pour exemple, le journaliste arrêté après avoir parlé des sorties nocturnes du chef de l’État, pourrait être invité simplement à présenter ses excuses au cas où l’information délivrée n’était pas fondée.

Si je suis d’avis que la liberté de presse est menacée ces temps, je suis aussi d’avis qu’Internet ne doit pas être utilisé pour discréditer, insulter ou jeter l’opprobre sur les citoyens de manière générale.

A en croire la presse, El Malick Seck l’administrateur du site Rewmi.com quatrième journaliste tombés entre les mains de la DIC (Division des investigations criminelles), serait arrêté parce que des internautes auraient ajouté des commentaires insultants à l’égard du président de la République.

Internet constitue un moyen puissant sinon le plus puissant moyen de communication qui existe de nos jours en ce sens qu’ il permet en un temps de record de partager une information avec le reste du monde. C’est la raison pour laquelle tout site internet doit être bien administré.

Récemment une personne dénonçait à travers une radio de la place un internaute qui aurait signé sous son nom, avec son numéro de téléphone un commentaire avec des insultes à l’égard d’un marabout. Ce qui aurait mis en danger sa vie.

Par ailleurs, à travers les nombreux sites web parlant de l’actualité au Sénégal, des politiques, des gens de la société civile, des marabouts, ou de simples citoyens sont quotidiennement insultés.

Si les administrateurs de site ne sont pas directement responsables de ces insultes, ils en participent indirectement à mon avis. En effet, les commentaires sur internet ne sont rien d’autre que les « Wax sa xalaat » des radios. Or toutes les radios mettent des dispositions pour interrompre toute communication allant dans le sens d’insulter des tiers à travers leur radio.

Ces mêmes dispositions prises par les radios doivent être prises par les administrateurs de site. Evidemment c’est plus difficile du fait du caractère multi utilisateurs des sites web (Plusieurs internautes peuvent poster en même temps des commentaires), alors qu’avec les radios, le téléphone qui est utilisé est de type mono utilisateur (Un seul intervenant occupe la ligne en un temps donné) et permet ainsi de traiter séquentiellement les intervenants.

Ce caractère massif qu’offre internet peut rendre difficile, mais pas impossible l’administration de ces commentaires.

Au moins deux solutions existent.

  1. Une solution technique : Il s’agit de mettre en place des programmes informatiques qui censurent avec des croix les mots insultants.
  2. Une solution administrative : Il s’agit de mettre en place une personne ou équipe de personnes (suivant l’audience du site) chargée de filtrer les commentaires contenant des insultes.

Internet, ce puissant moyen de communication doit être utilisé à mon avis pour exprimer ses idées, les défendre mais pas pour insulter.