Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

(Palais de Carthage) – 25 juillet 2007, la Républicaine tunisienne a 50 ans. Avec l’abdication de Mohamed Lamine Bey, la Tunisie met fin au beylicat et proclame la République.

L’architecte de l’indépendance Bourguiba, un laïc déroutant est nommé Président provisoire. Lui aussi devra renoncer au pouvoir au profit de son Premier ministre. L’actuel patron de la Tunisie, Zin El Abidine Ben Ali a profité hier d’un discours programme d’une demi - heure prononcé devant ses invités pour expliquer les raisons de la destitution du Leader du Neo Destour : " le système républicain a été dévié par la proclamation de la présidence à vie et l’institution de la succession automatique". Il a annoncé la fin du parti unique et de la pensée unique au pays d’Ibn Khaldoun. Il a par ailleurs ordonné des mesures salutaires (primauté de l’Etat de Droit, pluralité intellectuelle et la diversité des opinions, plus de liberté à la presse, création d’une chaîne satellitaire, couverture quasi complète du territoire national par la télévision, facilitation de l’accès au logement décent ; construction de nouvelles universités etc). A la fin de son discours très applaudi, le Chef de l’Etat tunisien pour lier la parole à l’acte, a décoré des membres des partis de l’opposition légale. Autant de dispositions pour ancrer la démocratie en Tunisie.

La Constitution garant de la Dignité humaine
" La consécration de la primauté de la Constitution étant l’un des fondements essentiels du système républicain, nous avons entrepris, dès les premières semaines du Changement (ndlr survenu le 7 novembre 1987 avec la destitution de Bourguiba malade), de créer le Conseil Constitutionnel". Les constitutions sont conçues pour le présent et pour l’avenir. C’est ce qui explique selon Ben Ali que : " nous avons pris l’initiative d’apporter, en 2002, l’amendement constitutionnel qui inclut les principes contenus dans le projet de société annoncé par le Changement, …, en vue de garantir les droits de l’homme, la dignité de la personne, l’Etat de droit, le pluralisme, la solidarité et l’entraide, ainsi que la tolérance entre les individus, les catégories sociales et les générations. Pour la première fois dans l’histoire de ce pays, des élections présidentielles pluralistes ont eu lieu en 1999 et en 2004. Au niveau économique, le revenu annuel moyen par habitant a été porté à 4.000 dinars, et le taux de pauvreté a été ramené à 3,8 %, ce qui a contribué à élargir la classe moyenne de la société tunisienne pour atteindre 80%, et à porter l’espérance de vie à la naissance à 74 ans. Le Forum de Davos a classé en juin 2007 la Tunisie au premier rang des pays africains en termes de compétitivité.
Reconnaissance à Bourguiba et aux autres
Ben Ali a reconnu le rôle libérateur joué par Bourguiba et ses contemporains. Ainsi a-t-il exprimé sa fidélité et sa considération à la mémoire de nos martyrs" et "à tous les pionniers patriotes" "à la génération des bâtisseurs qui ont jeté les fondements de la république et l’ont édifiée, et au premier rang desquels le Leader Habib Bourguiba". C’est ce qui permet de comprendre les propos de Roger Bismuth, président de la communauté juive de Tunisie : " Le mérite de Ben Ali, c’est de ne pas avoir démoli ce qu’a fait son prédécesseur… En gardant et en améliorant l’héritage de Bourguiba, il a fait gagner trente ans à la Tunisie".
Par El Hadji Gorgui Wade NDOYE