Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

DJERBA- (Notre envoyé spécial de retour) - L’Afrique est un grand Continent, qui a énormément à offrir au reste du monde. Telle est la conviction exprimée par M. Haddad, ministre tunisien du tourisme.  Dans un langage clair qui dévoile son panafricanisme, le  ministre du Tourisme, a accordé à l’Hôtel El Mouradi un entretien exclusif à ContinentPremier en marge de la tenue de la Ghriba, une fête juive où il a représenté le Président Ben Ali. Il évoque dans cette interview les facteurs d’attractivité de la destination Tunisie. Interpellé sur la coopération Sud – Sud, il a estimé que son pays entretenait des échanges bilatéraux avec le Sénégal et d’autres pays africains. A ceux qui doutent  du développement de la Tunisie et du Continent, il dit : « On s’en passe ». Dédain ou Défi ?

ContinentPremier.Com : Monsieur le ministre, comment expliquez – vous le succès du tourisme tunisien ?

Monsieur Haddad : « Le succès du tourisme tunisien s’explique par le fait que notre pays a énormément à offrir en matière de tourisme. La Tunisie est l’héritière d’un énorme patrimoine architectural, culturel et civilisationnel. La Tunisie est plurielle en ce qui concerne les niches  touristiques : par exemple le tourisme saharien, de plaisance, de golf, de thalasso etc… Ensuite, s’y ajoute le facteur de la stabilité politique, sociale et économique.  Ce qui constitue un élément important pour une destination touristique. S’il n’y a pas de stabilité politique et social, un pays ne peut pas ambitionner d’être une destination touristique réussie.

ContinentPremier.Com : Quel rôle joue le Gouvernement ?

Monsieur Haddad : « Nos atouts touristiques sont combinés, bien sûr, aux efforts  du gouvernement tunisien parce que nous sommes quand même dans ce secteur il y a une cinquantaine d’années. Cela a forgé des femmes et des hommes et donné des cadres. Actuellement, la gestion du secteur est presque entièrement entre les mains du Privé. L’administration, c'est-à-dire le ministère du tourisme, joue uniquement un rôle d’inspecteur, d’encadreur, d’encouragement et de législateur. C’est cette gestion responsable et concertée qui fait que la Tunisie enregistre des points positifs »

ContinentPremier.Com : Hammamet est presque entièrement une ville touristique. Y a -t- il, une volonté politique depuis l’avènement du Changement de faire du tourisme un secteur clé de votre économie pour accompagner cette vision « de rattraper les pays de l’OCDE en 2030 »?

Monsieur Haddad : « 2030 est même loin ! Nous avons des objectifs déjà pour 2016. C’est vrai aussi que depuis l’avènement du Changement en 1989initié par le Président Ben Ali, le peuple tunisien s’est remis au travail parce qu’il y avait un homme, un gouvernement et un programme. Ce programme tient compte, bien sûr, de toutes les couches sociales. C’est une stratégie, un mouvement dynamique,  qui n’est pas en faveur d’une fraction de la population au détriment d’une autre. Notre programme de développement concerne la population dans son ensemble, femmes, hommes, jeunes de diverses conditions. Depuis l’avènement du Changement, il y a donc vingt (20) années de travail qui ont donné les résultats tangibles que vous pouvez constater ».  

ContinentPremier.Com : Pensez – vous dans le cadre de l’Union Africaine faire bénéficier votre expérience en matière de tourisme aux autres pays africains qui ont de grandes potentialités dans ce domaine ? 

 

Monsieur Haddad : « C’est déjà fait ! En effet, je suis allé moi – même au Sénégal, où j’ai eu des entretiens avec mon homologue du tourisme. Ce dernier est venu aussi en Tunisie. C’est ce qui a permis aussi de développer des échanges au niveau des experts de nos deux pays. Nous avons en Tunisie une ferme volonté d’accentuer cette coopération bilatérale entre le Sénégal et la Tunisie mais aussi avec d’autres pays africains. Il  y a dès lors une coopération Sud -  Sud qui devra favoriser le tourisme africain. L’Afrique est un grand Continent, qui a énormément à offrir au reste du monde. Notre Continent dispose d’atouts touristiques extraordinaires que nous devons exploiter au profit de son développement»

ContinentPremier.Com : Que dites – vous à celles et ceux qui doutent encore de la Tunisie et de l’Afrique ?

Monsieur Haddad : « Vous savez, il y a des professionnels du doute. Ceux – là, on s’en passe.  Je voudrais dire que toutes les bonnes volontés qui n’ont pas eu l’opportunité de connaître la réalité de mon pays, je leur dis : «  Venez visiter la Tunisie, venez par vous – même découvrir la réalité de mon pays sur le terrain». Je pense, ce faisant, qu’ils se rendront compte par eux – mêmes du travail quia  été fait dans ce pays d’Afrique ». 

Propos recueillis par Gorgui Wade NDOYE.