Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

 Hammamet – Invité au Forum du magazine « Réalités » sur Migration et développement, l’ambassadeur du Sénégal a levé le voile sur l’immigration sénégalaise en Tunisie. Une migration de qualité souvent ternie par l’arrivée de jeunes domestiques sénégalaises qui après trois mois de séjour, deviennent clandestines et posent de sérieux problèmes aux représentants sénégalais qui ont aussi la mission de les protéger. Diplomate de carrière et ancien formateur à l’ENA – Sénégal (il donnait un cours sur Analyse de la situation politique nationale et internationale), pour l’ambassadeur : «  Il faut sensibiliser la population pour éviter que l’on soit en face d’une situation très difficile »

Comparaison entre la Tunisie et le Sénégal

Ancien proche collaborateur du ministre des affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio, l’actuel ambassadeur du Sénégal, voit des similitudes entre son pays et la Tunisie.

La Tunisie et le Sénégal ont ceci de commun, déjà au niveau de la taille démographique, nous sommes  à peu près 10 à 11 millions d’habitants. Nous n’avons pas beaucoup de ressources en tant que telles mais de bonnes ressources humaines. Les deux pays  ont misé depuis l’indépendance sur l’éducation et la formation.

Concernant le succès du tourisme tunisien, l’ambassadeur croit savoir que sur ce rapport la Tunisie peut être effectivement un exemple pour nous. Et c’est en cela que je m’évertuerai, c’est d’ailleurs souligne t – il sa mission. Mon cahier de charge, c’est d’essayer d’appliquer l’ensemble des accords qui ont été conclus lors de la dernière commission mixte qui s’est tenue en décembre 2006 à Dakar et de rechercher d’autres domaines d’opportunités qui nous permettront d’élargir et de consolider la base de la coopération entre nos deux pays.

Les domestiques sénégalaises : Une difficulté

La migration sénégalaise en Tunisie est maîtrisée car pour l’essentiel la communauté sénégalaise qui vit au pays de Ben Ali, est constituée à 80 pour cent d’étudiants. Ceci est favorisé par une coopération entre les deux pays. Il existe entre Tunis et Dakar un programme d’échanges avec bourse dont bénéficient les étudiants. Il y a aussi des étudiants qui sont venus à titre personnel et qu’on retrouve dans les instituts et écoles privés. Des marabouts se rendent aussi en Tunisie pour y exercer leur pratique. Cependant, il y a un nouveau phénomène de migration assez « regrettable » selon l’ambassadeur du Sénégal. De plus en plus, a –t-il remarqué de jeunes sénégalaises viennent en Tunisie en tant que domestiques. « Elles nous posent  beaucoup de problèmes ». « Il faut le dire la Tunisie st plus ouvert au sens où les Sénégalais, même ceux qui ne sont titulaires que d’un passeport ordinaire peuvent s’y rendre sans visa d’entrée. Par contre au bout de trois mois de séjour, ceux qui ne disposent pas de carte de séjour, entrent dans l’illégalité ». Une situation d’irrégularité qui donne du fil à retordre aux représentants diplomatiques chargés de protéger leurs ressortissants.

En effet des pénalités s’exercent une fois que les trois de séjour légal sont écoulés. Chaque semaine de plus passée est comptabilisée sous forme de pénalité. Les domestiques sénégalaises, sommées de régulariser leur situation par une  carte de séjour ont toutes les peines du monde de se la faire procurer par leur employeur. Pour l’ambassadeur : «  Il faut sensibiliser la population pour éviter que l’on soit en face d’une situation très difficile ».