Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

(Envoyé spécial de retour) –  Risque Zéro. C’est, la consigne. Cinq mille (5000) pèlerins, selon les organisateurs. Une belle fête religieuse juive au cœur du monde musulman.  Une sécurité infaillible à vous faire perdre le souffle. Après une heure et demie de vol, le petit avion qui me transportait de Tunis atterrit à l’aéroport de Djerba. Il était presque 21 heures. Un gentil chauffeur, dans un joli 4x4, est venu me chercher, m’aidant à transporter jusqu’à la voiture mes quelques affaires.La route semblait si longue malgré la beauté du paysage que je pouvais admirer dans cette ville bien illuminée. Tout le long du chemin, se dressaient des hôtels à longueur de vue. On est arrivé ? C’est ici ? Non, me dit le chauffeur. Mais nous y sommes bientôt, dit – il avec un joli sourire. C’est à 15 kilomètres. Ce n’est pourtant pas long, mais à voir tous ces policiers, le chemin me semblait interminable.

Des policiers avaient aménagé des barrages. Presque partout. Il fallait montrer pattes blanches. Arrivé à l’Hôtel, un détecteur de métal, était installé. Ces hommes en uniforme, soutenus par des civils, veillaient dehors au bon respect des consignes. Averti de mon arrivée, Adel est venu me saluer. En Tunisie, les invités sont bien pris en charge. Première question : pourquoi tous ces policiers ? Vous savez, c’est la Ghriba, il y a beaucoup d’invités et nous ne pouvons pas nous permettre de négligence.   

Le pèlerinage de la Ghriba

A côté des trois cent (300) mosquées et les deux églises de Djerba la Douce, la belle synagogue de la Ghriba, située dans le village d’Er – Riadh (anciennement Hara Sghrira)  à 9 kilomètres au sud de Houmt Souk, accueille chaque année des milliers de Juifs venus du monde entier, notamment de la France, d’Israël et d’Italie. C’est l’une des plus anciennes et des plus célèbres synagogues du monde. Djerba la Douce, compte une petite communauté juive qui vit en bonne entente avec la majorité musulmane.  Des rouleaux de la Torah sont gardés à la Ghriba, explique –t- on à la suite d’une décision prise par les rabbins locaux, à la fin du 19ème siècle, afin de maintenir la proéminence de la Ghriba. 

Chaque année, des milliers de Juifs se rendent à Djerba la Douce. Ils prient ensemble, font  leur vœu en déposant  (surtout les femmes) des œufs dans une voûte bien indiquée de la synagogue.  Par exemple, les célibataires comptent en déposant leur nom bien orthographié et avec celui de leur amoureux, pouvoir  se marier dans les meilleurs délais. Selon la tradition, le corps de la jeune fille ( l'étrangère, d'où le mystère de cette fête) aurait été trouvé dans cette voûte même. L’œuf laissé près d’une bougie pour la durée du pèlerinage est mangé par la célibataire. Le cortège, est un autre moment fort de la Ghriba.C’est un moment de ferveur et de joie, qui célèbre dit – on l'union mystique entre le peuple d'Israël et la divinité.

Réactions

Député à la Knesset, M. Tal nous a déclaré être satisfait des mesures prises pour que la fête se passe dans de très bonnes conditions. C’est sa deuxième visite à Djerba. Ravi de voir ses coreligionnaires, nombreux et joyeux, il déclare, l’année prochaine « Nous serons dix mille ( 10.000). Donc le double du nombre de pèlerins annoncés officiellement pour 2007. "Les gens se sentent bien ici » a –t- il ajouté. C’est important pour nous de constater les efforts pris en termes de sécurité. C’est bon pour les Juifs, c’est bon aussi pour le gouvernement tunisien, rassure –t- il. «  Vous savez la Ghriba est un lieu saint, c’est donc normal de renforcer la sécurité. Par ailleurs, j’aimerais souligner la bonne entente entre Juifs et Musulmans ici à Djerba. Il y a un bon dialogue des cultures et des religions que je souhaiterais faire tache d’huile dans tous les pays arabes». Et en Israël ? Journaliste, Melle Hasdiel Shalhevet, effectue son premier séjour. Elle me dit que : « C’est un bel idéal. C’est une grande illusion.». Melle Hasdiel poursuit : «  Ce que je pensais des Etats arabes était jusqu’avant mon arrivée ici des préjugés. J’avais des idées reçues. Aujourd’hui, j’apprécie la vie merveilleuse que mènent les Juifs à Djerba et la venue de nombreux autres coreligionnaires des quatre coins du monde à l’occasion de la célébration de la Ghriba pour prier ensemble. Nous pouvons ici pratiquer une vie religieuse authentiquement juive.». Elle a aussi souligné l’entente entre Musulmans et Juifs : « Ici, Juifs et Musulmans vivent ensemble. Certes, nous avons une petite communauté mais les gens sont heureux ».

A Djerba, les Juifs disposent de synagogues et vivent dans des quartiers dits juifs.  Le docteur Gabriel Kabla fait remarquer que ce ne sont pas des ghettos, comme ils en existent ailleurs. D’ailleurs, on raconte même qu’il  y a des mariages entre Musulmans Et Juifs.

La vraie communion n’est – elle pas celle qui fait se rencontrer dans les mêmes espaces des hommes et des femmes de divers horizons et de diverses convictions religieuses. Oui, à Djerba, ils sont bien heureux et tranquilles, les Juifs, dans leur quartier.

La Ghriba qui fait se rencontrer autour de ses symboles, des Juifs, des hommes et des femmes venus de partout, et aux convictions religieuses diverses, n’est –elle pas une invite à a méditation pour un monde solidaire, plus humain, plus apaisé, fait de convivialité  et d’amour ? 

Par Gorgui Wade NDOYE.