Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Par Pathé MBODJE, Journaliste, sociologue

DAKAR – ( SENEGAL) - L'Espagne est un paradoxe européen : elle est un pays de montagnes très visibles et très impressionnantes mais qui ne troublent guère la circulation sur des routes parfaitement plates ; elle est un pays d'eau pour des populations restées longtemps de grands agriculteurs dont le pays garde encore la trace et la marque, bien que se détournant de plus de plus d'une économie essentiellement rurale. C'est ce pays métissé sur le plan cultuel que l'Afrique noire a décidé de revisiter avec l'émigration clandestine. Retour sur une mer patrie.


Retour à la Mer Patrie

Le soleil était radieux en ce dernier jour de l'an et contrastait avec la saison. Un paysage bucolique défilait sur une route qui serpentait entre monts et vaux entre Sariñena et Maquinenza, dans la République autonome d'Aragon.

Deux cigognes dans leur nid, au pueblo (village) Sena, renforcent ce sentiment de déséquilibre et de dérive des continents et des saisons qui cherchent peut-être à revenir au statu quo ante, à l'époque du Pithécanthrope.

Le paysage est haut en couleurs, composé essentiellement de magnifiques montagnes découpées et artistiquement colorées et profilées pour laisser passer une route plate et parfaitement entretenue ; la féerie du décor accidenté est renforcée par la nature qui, quand elle s'y met, dessine, sculpte et affine mieux que l'homme. Le spectacle est en effet extraordinaire sur cette autoroute A 131 qui va de Fraga à Sariñena qui rappelle à bien des égards ces grands canyons américains. L'avantage, ici, c'est l'Ebre, ce majestueux fleuve espagnol qui s'étire paresseusement le long de la route, à flanc de coteau, se renflant par moments, dessinant des pleins et des déliés en d'autres lieux, mais irriguant et nourrissant ces immenses terres habitées pour l'essentiel par des populations entièrement rurales, même si la timide industrialisation locale se nourrit des spéculations agricoles...et des bras des ouvriers nègres qui ont envahi la zone depuis quelques années.

Avec ses ruelles étroites qui jurent avec la modernité (il faut manoeuvrer et souquer ferme, pour circuler dans ces sentiers empierrés), l'Espagne du Nord présente l'image d'un vieillard tranquille, peu soucieux du temps qui s'en va...à vau l'eau. Et c'est apparemment cette vieillesse et cette paresse que les populations veulent secouer en faisant appel à un sang neuf, la jeunesse locale préférant les lumières de Madrid à la rigueur du rendement de la terre nourricière.

L'Espagne par monts et par vaux ? Certes, dans ce voyage initiatique de Madrid à Barcelone, par le bitume. Tout noir. Comme ce nouveau métissage culturel, physique, religieux. Mais aussi l'Espagne par de vastes plaines apprêtées en fonction d'un hiver pas trop rigoureux : Nous sommes en plein coeur agricole où poussent et fleurissent poires, pèches, olives, cerise, blé, oignon.

Un peu plus loin, à Tiorrente de Cinca, quelques huileries pressent l'olive et de timides efforts d'industrialisation se vérifient çà et là pour ajouter de la valeur à ces importantes spéculations locales, sans oublier la pêche et ses dérivés. Assurément, l'Espagne est un don de la nature, un parfait équilibre environnemental.

Certaines encyclopédies enseignent que le pays "a connu d’importantes mutations socio-économiques dans le dernier quart du XXe siècle avec aujourd’hui une économie diversifiée, grâce notamment à la croissance rapide de l’industrie depuis les années cinquante et à l’essor du tourisme. Entre 1995 et 2001, les emplois industriels ont augmenté de 38%. À partir de 1964, une série de plans de développement a contribué à l’expansion économique du pays. Le développement des industries métallurgique et textile, de la construction navale et de l’extraction minière a été privilégié. L’Espagne est devenue en moins de vingt ans une grande puissance industrielle et agricole. Toutefois, c’est du tourisme que le pays tire aujourd’hui le plus de revenus." (1)

Même si la densité de la population est de 87,41 h/km2, elle est inférieure à celle de la majorité des autres pays de l'Europe de l'Ouest et sa distribution à travers le territoire national est très irrégulière. D'où une sorte de recherche de nouvel équilibre physique par apport fécondant de l'extérieur, en rejetant par avance toute forme de racisme latent dans les autres parties de l'Europe et en se souvenant que le pays fut occupé jadis par les Sarazins finalement stoppés à Poitiers en 732.

Les aires plus densément peuplées se concentrent sur la côte et aux alentours de Madrid, tandis que le reste de l'intérieur se trouve très faiblement occupé. "L'Espagne comptait 40.499.799 habitants au 1er janvier 2000, et 46.005.127 habitants au 1er janvier 2006. La population espagnole a augmenté fortement depuis la fin des années 1990 grâce à l'arrivée de plus de trois millions d'immigrants : en effet, entre 2000 et 2005, l'Espagne a présenté le plus grand taux d'immigration du monde, en provenance principalement de l'Amérique latine, l'Europe de l'Est et le Maghreb. En 2005, 8,47% de la population espagnole était de nationalité étrangère".

L'Afrique découvre aujourd'hui ce prolongement de sa partie septentrionale connue des Arabes dès le VIIIème siècle avec les conquêtes musulmanes et le commerce transsaharien. Elle revendique aujourd'hui sa part dans la construction de cette partie australe de l'Europe qui lui doit tant sur le plan culturel et religieux, principalement (2). C'est l'appel de mer patrie dans une sorte d'exode religieuse ou de pèlerinage qui ne saurait s'exaucer que si mort s'en suit.

Tout cela permet à l'Espagne d'être aujourd'hui la neuvième puissance mondiale. Elle est le pays le plus visité d'Europe et abrite le siège de l'Organisation internationale du tourisme. Elle est aussi aujourd'hui, par son ouverture culturelle et religieuse, le nouvel Eldorado de ces populations africaines à la recherche de leur bonheur volé après 50 ans d'indépendance. La France déboussolée y envoie déjà ses hommes à la recherche d'un nouvel équilibre économique (3).

La symbolique autour du voyage initiatique vers l’Espagne et le vocable employé pour la circonstance doivent faire réfléchir sur cet appel apparent d’une patrie longtemps ignorée et qui déchire subitement le voile de nébulosité qui la renfermait jusqu’ici dans une sorte de caverne platonicienne. Il faut dire que, comme l’affirmait Dumas père, le besoin rend industrieuse une jeunesse à la mémoire étouffée et longtemps en détresse.



______________________

NOTES

(1) Encyclopédie.
(2) Le Journal du Dimanche n° 3129 du 31 décembre 2006, page 11, révèle que plus de 31.200 clandestins sont arrivés en 2006 aux Canaries, principalement d'Afrique au sud du Sahara, un total supérieur à celui des quatre années précédents réunies". (Le pays était déjà une base arrière de l'irrédentisme religieux musulman, en dehors du problème basque)
(3) Pathé Mbodje : Un déclin pour la France, février 2006.