Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

DU RACISME EN France !

Publié le, 13 février 2007 par

Par Mbegane NDOUR, AICSX@yahoo.fr


     Il est difficile de traiter du racisme en France sans un diagnostic chronologique de son implantation dans les consciences. Un diagnostic qui se doit d'être sans compromission pour espérer avoir un remède à cette gangrène qui ronge les sociétés occidentales. Le racisme occidental fondé sur la hiérarchisation des races qui met bien sûr la race blanche au dessus de la race noire, a été légitimé par la religion. N'oublions pas que c'est l'église qui a défini l'Homme noir comme être inférieur, sans âme et devant être « esclavagisé » pour sa purification et sa rédemption. S'en suit un processus d'infériorisation et de déshumanisation du Noir par le Blanc qui conduira aux différents drames qu'a connus l'homme Noir couplé de stratégie machiavélique pour « supérioriser » l'homme Blanc.

blond aux yeux bleus à l'image de l'être supérieur. Pendant l'esclavage et la colonisation le racisme devient institutionnel à travers le code noir (Louis XIV), le code de l'indigénat. De nos jours, d'autres outils se sont ajoutés à ceux légués par l'histoire encore plus dangereux et pernicieux. Par l'intermédiaire de moyens de communication puissants le racisme est semé dans les inconscients. Alors le racisme n'est plus seulement institutionnel mais il devient également inconscient. Il fait son entrée dans les manuels scolaires, les médias, les panneaux publicitaires. Dans tous ces différents espaces le noir est réduit à un être inférieur, misérable, enfantin  qui ne peut s'en sortir qu'avec l'aide du bon samaritain blanc. Et cet imaginaire est inculqué dès la plus tendre enfance et il est maintenu tout au long du parcours éducatif (scolaire et sociétal). Alors dites-moi comment voulez-vous après ce processus que l'Homme blanc ne se sente pas supérieur au noir? Son inconscient a intégré l'image de l'homme noir inférieur, misérable et besogneux. Un être que seul lui dans sa grande bonté peut sauver. Son inconscient devient de ce fait la prison du mal. De son côté l'Homme noir ayant subit humiliations sur humiliations, chocs psychologiques sur chocs psychologiques, drames sur drames s'est vu dépouillé de ses capacités à résister. Sous la torture, le meurtre et le culte de la terreur on lui a fait perdre son amour propre. A la destruction physique s'est donc ajouté une destruction psychologique et mentale. Cette destruction de l'image de l'Homme noir s'est perpétuée jusqu'à nos jours dans les média. C'est ainsi que la petite fille noire se verra réduite à l'image d'une petite fille somalienne le ventre ballonnant parce qu'elle n'aura pas d'autre image à laquelle elle pourra se comparer. Elle grandira avec cette image et aura des phénomènes de refoulement et de rejet si elle n'a pas pris conscience de la manipulation. C'est pourquoi on voit de nos jours encore la femme noire, malgré son immense beauté naturelle et ses formes harmonieuses, utiliser des crèmes éclaircissants, défriser ses cheveux pour les rendre lisses ou encore mettre des perruques pour ressembler à la poupée Barbie occidentale. Autant de stratagèmes artificiels et pernicieux  pour  rejeter ainsi l'image de cette femme noire présentée comme inférieure que lui renvoie en permanence la société française et correspondre inconsciemment à l'image de la femme occidentale qui se veut supérieure.
  Sachant que l'inconscient est la prison de tous ces maux comment purifier la France du racisme inconscient? Il y a deux solutions : soit un processus de rééducation qui se fera à tous les niveaux sur des générations, c'est un processus long, soit par des électrochocs avec des résultats immédiats. L'enjeu de ce millénaire se joue exactement dans le choix de ces deux processus de purification des consciences. Ce choix sera d'autant plus difficile du fait de la fracture raciale en France. Il se profile deux camps bien distincts des blancs éduqués dans un complexe de supériorité qui sentent leurs privilèges les échapper et des noirs persécutés de plus en plus conscients de cette oppression et de leurs réelles valeurs humaines. Il est évident que pour certain il serait préférable que le remède soit le processus long. Celui-ci laisserait le temps à l'Homme blanc d'assimiler qu'il n'est en rien supérieur au noir.
Mais est-ce que cette conscience noire en ébullition, ces énergies longtemps contenues, ces colères longtemps refoulées auront la patience du temps que nécessitera ce long processus?
 La France, il y a de cela plus d'un an, a subi un mini électrochoc soit disant spontané et non télécommandé. Je parle bien de mini électrochoc car le potentiel va au delà de quelques voitures brûlées et quelques embuscades. Depuis nous voyons se mettre en place des solutions à la va vite, on peut même dire à ce niveau des solutions vaines et  illusoires pour une chose qui est inéluctable, en devenir. C 'est comme un volcanologue qui dès les premiers rejets de gaz cherche des solutions pour empêcher ces rejets en occultant le magma en ébullition. C'est ainsi qu'on a vu toute la surprise de ces dirigeants en décalage total avec une grande partie de la population, voir une France obligée de retourner dans le caniveau pour fabriquer dans les plus brefs délais des représentants qui ne représentent qu'eux, dégager au plus vite des espaces de visibilité dans l'espace audiovisuel, décerner quelques prix à des personnes pour se convaincre que tout va bien. Et cela est d'autant plus grave que ceux qui détiennent les détonateurs sont loin de se laisser duper par ces supercheries et médiocrités héritées de l'époque coloniale.
Croire et affirmer que ces évènements de novembre 2005 étaient spontanés démontre encore tout le complexe de supériorité  de ce pays. Ancré dans une culture raciste profonde la France ne tire pas les leçons du passé. Par son arrogance, tout au long de son histoire, la France a considéré que les populations opprimées n'avaient aucune faculté de s'organiser. Napoléon en Haïti pensait mater quelques nègres en révolte. De Gaulle pendant la guerre en Algérie pensait avoir à faire à quelques bédouins. Aujourd'hui encore le premier flic de France pense que ces événements ne sont que des actes de vandalisme commis par des petits voyous à nettoyer au karcher. Mais la France, encore une fois, minimise la force de l'opprimé.
  Le racisme en France sera encore au sein des institutions et de toutes les couches de la société et cela pour des générations à moins qu'il y ait une ouverture totale de tous les espaces aux populations noires, des espaces de pouvoir jusqu'aux sphères de décision. Cela devra être accompagné d'une rééducation tout azimut relayée par toutes les structures autant institutionnelles que médiatiques: des manuels scolaires jusqu'aux plus petit spots publicitaires. La représentativité devra aussi être à la hauteur du challenge composée d'individus dignes  aux aspirations saines et n'ayant pour objectif que la libération et l'émancipation du peuple noir et non une représentativité du caniveau comme nous le voyons aujourd'hui avec son lot d'opportunistes, d'arrivistes et de médiocres. Rater ce défi aura pour conséquences alors le déclenchement de vrais électrochocs afin d'assouvir les frustrations et la colère qu'engendrent le racisme qui est entrain de ronger la société française. Ces électrochocs pourront aussi être observer non pas seulement en France mais aux quatre coins de la terre, c'est à dire partout où les populations noires sont opprimées.
De Cayenne à Paris en passant par Kingston ou Brooklyn le magma est en ébullition et les Noirs sont au bord de l'asphyxie voir de la rupture.
 Je ne peux m'empêcher d'exhorter le peuple noir à être de plus en plus vigilant et de se construire une réelle identité avec une base spirituelle solide et une culture forte loin de la culture de l'arrogance. Regardons cette sous culture, dépouillée de toutes spiritualité, de toute valeur noble, que la France sert à notre jeunesse avec pour impact direct la rendre arrogante. Comment une jeunesse sans humilité, où des enfants dès l'âge de dix ans croient tout savoir, peut-elle avoir accès au savoir et à la connaissance?  Rien n'est plus pernicieux que l'arrogance de l'ignorant ou l'ignorance de l'arrogant. Observons aussi la dégradation de l'image de la femme noire que la France inculque  dans cette sous culture ainsi que la dégradation de la virilité de l'homme noir: des stratagèmes bien calculés ayant pour seul but de maintenir la suprématie de la race blanche sur  le peuple noir mais aussi pour apaiser cette peur qui broie les entrailles de la France car elle sait que partout où elle a été, elle n'a apporté que malheur et désolation, avec son lot de larmes et de sang.
La France sait que tôt ou tard elle devra répondre de ses crimes commis dans le passé et malheureusement elle continue d'en perpétrer de nos jours (l'expédition coloniale de 2004 en Côte d'Ivoire, les attentats sur les immeubles abritant des familles africaines, les bavures à répétition de la police jamais impunies....). Mais quel que soit le stratagème, il est important que le peuple noir sache qu'il a les capacités de se transcender et d'élaborer à son tour des stratégies de résistance hautement plus complexes. Devenir des éléments de surprise, anticiper et contrecarrer tout nouveau stratagème car il serait vraiment injuste que la France se soit bâtie sur notre souffrance et que nous soyons aussi les premières victimes de sa déchéance.
  Ce qui m'inquiète c'est que le peuple noir ne sait plus se battre car il a troqué toutes ses valeurs guerrières pour des valeurs bamboula. Pour se battre il faut des codes et une initiation. De nos jours en France qui est le Noir qui saura se battre? Quelles sont les organisations capables de défendre les femmes et les enfants au cas ou une situation d'urgence le demanderait? Alors j'en appelle aux âmes valeureuses, aux nobles, aux amazones, aux Djambars et aux Tiéddos de se ré-approprier au plus vite nos valeurs et codes guerrières car nul ne sait de quoi sera fait le quotidien des populations noirs en france.
  Le racisme existe et a toujours existé pour le noir depuis son contact avec l'homme Blanc. Mais ne sommes-nous pas nous Noirs par notre attitude complexé et notre comportement soumis face à l'assimilation française la principale source qui alimente le racisme?
Je laisse à tout un chacun le soin de méditer sur cette question et de trouver par une introspection et une auto-éducation  les attitudes appropriées pour combattre le racisme à son niveau et d'offrir à ses enfants les armes de base pour faire face à ce racisme dont ils seront tôt ou tard victimes.
  Pour ma part c'est au quotidien, en vivant avec mes valeurs africaines et ma culture spirituelle fortes que je me mets à l'abri du racisme en France car sachant d'où je viens, et qui je suis. Fière de mon identité culturelle, je n'ai besoin de singer ou de me dissoudre pour intégrer une société qui  n'a jamais été en adéquation avec mon essence. Avec les codes et les valeurs initiatiques du Djambar et du Tiéddo j'ai délimité mes espaces de liberté. Et en raison de la haute spiritualité de ces codes, ces espaces sont de ce fait sacrés. Et qui viole mes espaces de liberté, que ce soit la France ou ses institutions, une quelconque organisation ou groupe d'individus, viole le sacré.