Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Invité d’honneur à la table ronde sur "Images de l'Afrique entre le réel et le virtuel" marquant au Salon international du Livre et de la Presse le deuxième anniversaire du magazine ContinentPremier, Dr Cheikh Tidiane Gadio, Ministre d’Etat, Ministre des affaires Etrangères du Sénégal s’interroge : « Pourquoi l’insistance sur la relation des faits négatifs en Afrique? Le ministre sénégalais était entouré d'éminents journalistes, écrivains dont Anne Cécile Robert " Monde Diplomatique", Boubacar Boris Diop " l'auteur de "Kaveena", Arnaud Robert, réalisateur et journaliste au "Temps", Magalie Goumaz " La liberté", Jean Philippe Chauzy " OIM", Ingeborg Breines, directrice "UNESCO / Genève". Le débat est modéré par El Hadji Diouf, juriste, communicateur, spécialiste de l'OMC et rédacteur en Chef de Continentpremier.

Ce thème de l’image de l’Afrique m’a personnellement passionné pendant près de vingt cinq ans ou plus. En 1980, des amis en France et moi-même, nous nous étions lancés dans une phase de réhabilitation des cultures et des langues africaines et de défense de l’image de l’Afrique. Plus tard, c’est aux Etats - Unis que nous avons monté un groupe pour la promotion d’une autre image de l’Afrique. Et cela a été une sorte de croisade personnelle parce que, étant formé au métier de journaliste, j’ai été choqué de voir la façon que l’on choisissait de parler de mon continent. Ce que je vivais en Afrique en tant que continent de beauté, d’art, de gaieté, et dans certains cas de bien-vivre, ne correspondait pas à ce que je voyais dans les médias. Ainsi, je me suis dit qu’il y avait des problèmes et l’on devait essayer de les résoudre. A l’époque, avec les amis, dans la promotion de l’image de l’Afrique, nous ne faisions pas de l’hypocrisie. C'est-à-dire, nous n’avons pas accusé les autres et essayé de dire que les africains étaient simplement des coupables. Nous avons aussi situé la responsabilité de l’Afrique dans ce qui lui arrivait. Nous avons parlé, à l’époque, de plusieurs déficits en Afrique : déficit démocratique qui posait un certain nombre de problèmes et qui bloquait les initiatives citoyennes et la capacité des citoyens de s’exprimer et de bâtir leur continent, déficit humanitaire ( beaucoup de violations des droits humains, beaucoup d’intellectuels, de cadres africains ordinaires n’ayant pas la possibilité de s’exprimer librement sur des questions qui les intéressaient), déficit de leadership aussi ( dans beaucoup de cas, je ne veux pas trop citer des noms, mais un certain Charles Taylor a été président en Afrique et a eu les honneurs). On lui a déroulé le tapis rouge un peu partout pendant qu’il faisait ce qu’il faisait et qu’on savait ce qu’il faisait ; et ce monsieur est aujourd’hui dans une autre posture qui fait qu’on peut se demander si ceux qui dirigent l’Afrique méritent véritablement de ce continent.

Un des grands problèmes sur lesquels nous insistions, c’était la question de l’image : rôle de l’image négative décrite de l’Afrique à longueur de journée, ce que cela faisait sur le moral des jeunes africains et sur les peuples africains. Nous n’avons pas conclu à une entreprise consciente, systématique et organisée de démoralisation des peuples africains, mais on n’était pas loin de cela. C’est dire qu’au moment où le continent asiatique réussissait des prouesses économiques et commençait à s’en sortir et bâtir ainsi une sorte de renaissance, au moment où l’Amérique Latine enregistrait des réussites considérables, l’Afrique en réalité ne faisait que reculer : reculade qu’on décrivait en termes de : « l’Afrique ne représente pas plus de 2% du commerce mondial, n’attirait pas 1% des investissements », « le taux le plus important de ravage du sida » etc. Et cela nous posait un problème et on se disait qu’après tout ce qui s’est passé dans le continent, après le sursaut démocratique des cadres, des jeunes africains, pourquoi on a choisi cette période-là pour insister sur les plaies, les tares, les difficultés de l’Afrique et ne pas insister sur les réussites, les sursauts que l’Afrique faisait pour aller dans ce qu’il est convenu d’appeler la renaissance africaine. Nous savons que ce thème a été vulgarisé par le Président Thabo Mbeki après qu’il eut été défendu pendant plus de trente ans par un éminent savant du nom de Cheikh Anta Diop et bien d’autres africains qui se sont battus pour la renaissance africaine en essayant d’en donner les fondements historiques, les fondements économiques, culturels et autres. Pour contrer ce mouvement de la renaissance africaine, on s’est retrouvé dans des situations dites cocasses ( ainsi la décrivions-nous à l’époque) : il n’y a qu’en Afrique qu’on pouvait convaincre un congolais qui est debout sur du pétrole, de l’or, du diamant de prendre le micro et de dire : « je suis pauvre, et je vis dans un pays pauvre ». Tout le monde sait que ce n’est pas juste de travailler dans ce sens, de convaincre les africains qui ont tout le potentiel nécessaire pour non seulement régler un certain nombre de problèmes, mais à la limite assurer leur renaissance économique, les convaincre qu’ils sont pauvres et qu’ils acceptent de prendre en charge ce discours. Ensuite, convaincre le reste du monde que l’Afrique se réduisait aux guerres ethniques, aux guerres internes (la République Démocratique du Congo l’appelait la première guerre mondiale africaine parce 9 pays africains étaient impliqués). On nous montrait beaucoup d’images de la Somalie où l’Etat avait complètement disparu et où les massacres se faisaient au quotidien. On nous a montré la situation en Sierra Léone où l’on amputait les gens, les massacres au Liberia. On a bien entendu insisté, mais seulement après sur le génocide au Rwanda. Et enfin on a beaucoup parlé de la guerre Ethiopie / Erythrée, ainsi que récemment de la situation du Darfour au sud du Soudan. La crise qui s’y passe, pose une question tout à fait extraordinaire.
Comment pendant deux à trois ans des massacres peuvent se dérouler dans une région alors qu’on en est informé que deux ans plus tard, c’est-à-dire le secret le mieux gardé de l’histoire récente alors que les médias sont si puissants de parler de ce qui les intéresse véritablement ? Le cas de cette région est une question énigmatique. Pourquoi cette crise qui se passe sous nos yeux ne nous a été révélée qu’après qu’on s’est mis à parler de 50 000 morts, 70 000 mots, 700 000 à 1 million de déplacés ? Autant de questions sur lesquelles il faudra qu’on réfléchisse. Mais pourquoi cette insistance sur le négatif en Afrique ? La crise du Kosovo en Europe est intervenue dans les années 90. Elle était sanglante et barbare à tous les égards. Elle n’a pourtant pas eu le même retentissement dans sa manière d’être présentée que ce qui s’est passé en Afrique. Parlant d’histoire de guerre mondiale au Congo, on utilisait une sorte de métaphore parlant d’une guerre mondiale africaine. Mais il y a eu de véritables guerres mondiales et malheureusement et souvent sur le théâtre européen. Et ce qui s’est passé ici en horreurs, en massacres, on s’est arrangé pour que cette partie de l’histoire ne soit pas vulgarisée pour empêcher que cela ne se répète parce qu’on n’est pas à l’abri de ce genre de retour, de ce genre de situation. Mais quand il s’agit de l’Afrique, on insiste et on insiste assez régulièrement, on attise les rivalités.

On préfère parler du sida, comme l’ont rappelé certains, parler du paludisme, de la fièvre d’Ebola. Il y a une volonté systématique quotidienne de parler de ce qui ne va pas en Afrique. Alors, on s’est dit que continuer à se lamenter, à se plaindre d’une telle situation ne règle pas le problème. Il faut que des africains et des amis de l’Afrique prennent leurs plumes, se donnent les moyens d’une information, comme le disait le leader du Ghana à partir de 1962, Kwamé Krummah, « il faut une information africaine faite par des africains pour des africains », genre CNN africaine dont il a toujours rêvé. Et je dis sans trop d’humour, que si on avait une CNN africaine, il faudrait consacrer une rubrique spéciale à nos amis d’Europe et d’Occident et montrer chaque jour ceux qui égorgent les enfants, ceux qui attaquent les vieilles dames et les détroussent, bref insister sur les choses qui se passent et qui, bien entendu ne reflètent pas la qualité et la valeur des européens. Je veux dire que 1000 actions positives en Afrique à côté de 3 ou 4 actions négatives passent à la trappe et ce sont les 3 ou quatre actions négatives qui vont faire échos. En illustration, combien d’africains se lèvent à 6 h du matin et travaillent quasiment jusqu’à minuit ( je fais référence aux femmes africaines ), qui dorment après que tout le monde est allé au lit et qui se réveillent avant tout le monde ? Ce n’est pas noble sur le plan médiatique. Ca n’intéresse pas tellement. Ce qui intéresse, comme disait l’autre, c’est « le train qui arrive en retard ». Le drame c’est quand les journalistes africains l’acceptent. En Afrique, un train qui arrive à l’heure, c’est un événement qui mérite d’être signalé et on doit applaudir devant cet exploit et dire « voilà, les africains ont réussi à résoudre un certain nombre de problèmes ». Mais dire qu’il faut faire comme nos amis occidentaux, insister sur les trains qui arrivent en retard et non sur les trains qui arrivent à l’heure, c’est du mimétisme tout à fait négatif qui ne correspond pas à notre propre image. Aujourd’hui des symboles comme Nelson Mandela, ce qu’il a réussi au siècle dernier. bouleverser les rapports socioéconomiques et politiques dans un Etat comme l’Afrique du Sud avec le phénomène qui y sévissait, c’est un exploit extraordinaire et qui méritait effectivement qu’on s’y attarde pour montrer qu’on a réussi quelque chose de spectaculaire en Afrique sans faire des millions de victimes, parce que l’issue du combat en Afrique du Sud pour démanteler l’apartheid ne pouvait se présenter que sous deux formes possibles : soit la violence, soit la voie réussie par Mandela. Malheureusement on n’a pas trop insisté sur ces aspects. C’est aussi le cas de savants comme l’illustre Cheikh Anta Diop dont nous célébrons d’ailleurs la vie et l’œuvre, car c’est le 20e anniversaire de sa disparition cette année. Un homme qui a énormément fait pour les africains et qui a compris les préoccupations que nous avons aujourd’hui, c’est-à-dire le rôle de l’idéologie : comment l’idéologie peut assombrir la vue des gens ; comment l’idéologie peut empêcher les peuples de renouer avec leur passé non pas pour s’en glorifier, mais pour comprendre qu’ils ont comme tous les peuples une capacité historique, qu’ils peuvent développer leur initiative historique et qu’ils l’ont déjà fait. Comment dans le continent africain au moment où il n’y avait que des africains qui vivaient sur ce sol on peut s’arranger pour dire que les civilisations egypto-nubiennes ne sont pas africaines, qu’elles venaient d’une autre planète ou d’un autre continent ? Il a fallu que des africains disent que ce n’est pas vrai. Un professeur comme Cheikh Anta Diop l’a fait. Il est important que les africains retournent à la source. Léopold Sédar Senghor aussi, c’est son 100e anniversaire.

Jeunes étudiants, nous avons combattu le Président Senghor, parce que c’était un leader politique, mais aujourd’hui avec le recul, nous pensons qu’il a grandement contribué, par son intellect et son engagement à développer l’humanisme africain. Nous lui devons beaucoup de respect et de considération. Je voudrais ne pas insister, mais je pense qu’il est temps d’arrêter de nous lamenter et, comme disait l’autre, de passer aux choses sérieuses. Choses sérieuses, qu’est-ce à dire ? Développer des Clubs comme l’Afrique dans le 3e millénaire ou l’Afrique dans le XXIe siècle, et engager la réflexion intellectuelle, participer au débat intellectuel parce que c’est un débat que nous perdons souvent. Si Stéphane Smith ose, en ce début du 21e siècle, écrire l’ouvrage qu’il a écrit, c’est qu’il pense que la pensée intellectuelle africaine est morte ou paralysée et que l’on peut écrire un ouvrage pareil et effectivement avoir une respectabilité internationale. Il faut à l’occasion féliciter notre ami Boubacar Boris Diop, un brillant fils de l’Afrique, un homme debout et qui refuse effectivement de se laisser entraîner dans le désespoir et le pessimisme. Je dois aussi dire que des pays comme l’Inde, la Chine, le Brésil qui ont traversé avec nous des moments difficiles et qui aujourd’hui, (particulièrement pour l’Inde et la Chine) sont décrits comme faisant partie des 4 grandes puissances de ce monde dans 10 ou 15 ans. Il faudrait que l’Afrique s’engage dans cette même logique. Mais, ce n’est pas avec le petit Sénégal, la petite Gambie, la petite Sierra Léone qu’on va y arriver : c’est plus que jamais l’actualité de l’Etat Fédéral Africain. Il faudrait qu’on bâtisse les Etats Unis d’Afrique. Nous sommes le continent potentiellement le plus riche du monde. Nous avons les ressources humaines nécessaires, nous n’avons plus l’excuse des cadres non formés car nos cadres sont bien formés, ils sont meilleurs parmi les meilleurs, car c’est la meilleure manière pour un africain d’être respecté. Un africain a toujours besoin de produire plus de performance. Là où les gens font 5, il a besoin de faire 10 ou 15 pour être simplement accepté. C’est une réalité du monde moderne et les africains ont aujourd’hui prouvé largement qu’ils peuvent prendre en charge la science, la culture, l’éducation, l’agriculture, les infrastructures, les nouvelles technologies dans notre continent, et à toutes les filles et tous les fils qui vivent dans le monde développé, ce débat vous interpelle. Le débat de l’image est important, mais là où vous êtes, vous pouvez vous battre pour l’Afrique. Mais il est aussi possible de renoncer à 10 000 $ par mois pour venir prendre 1000 $ en Afrique et contribuer à la renaissance africaine.