Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com


GENEVE - Il y a trop de taxes. Cela ne réduit en rien au budget de l’Etat d’aider les artistes. Aider les musiciens, les artistes, c’est aider le pays. Certains de nos gouvernements n’ont pas de projets culturels, de projets de société. Il ne faut pas envisager la création artistique en dehors d’un projet de société. Ils ont raison de se plaindre les musiciens de l’élévation des taxes. Ils paient des impôts. Ils aiment beaucoup leurs pays.

Le Film

Il n’y a pas de subversion dans mon film. Je ne joue pas sur les mots.C’est une lutte, c’est l’héroïsme au quotidien. Il n’y a pas de théorie déjà préparée. Collé Ardo a eu le courage d’affronter sa société. Moolaadé : c’est le droit d’asile, « Le Lakhoo » en Wolof, donc un principe traditionnel qui fait face à un autre, l'excision.

En Afrique, la spiritualité était là avant les religions monothéistes. Les hommes n’ont pas agi par la force car il fallait agir avec les mêmes forces spirituelles. Deux principes s’affrontent.

Médias

Le Sénégal en 2000, les médias ont joué un très grand rôle. L’information existait aussi en Afrique. Ce sont les outils qui s’améliorent. Auparavant, on informait par exemple avec le tam – tam. Il y a une évolution. Ce n’est pas l’Europe qui va nous dicter notre liberté. Pour moi, l’Europe n’est pas un modèle. Combien y a t – il de journalistes qui sont emprisonnés en Afrique. Malgré tout cela ne veut pas dire que les journalistes ne parlent plus.
L’émerveillement que je vois souvent chez certains européens quand il s’agit de certains progrès en Afrique, me surprend. Rien n’est nouveau. Encore une fois, ce sont les outils et les techniques qui ont évolué. En Afrique, pour chaque évènement, il y avait une musique qui correspondait. Le mercenaire, le commerçant, le cordonnier, le bijoutier, c’étaient des personnages en Afrique qui étaient au courant de tout.

Offrir un enfant, c’est le faire adopter. Ce n’est pas un reniement.

Avenir, Confiance à la jeunesse

Les jeunes, sont des êtres capables. Pour ma part, j’essaie de donner conscience. C’est aux jeunes d’aller plus loin.
Même si mon avenir est derrière moi, il faut accompagner ceux qui sont là, les plus jeunes. Je suis aussi un participant responsable. Ce n’est pas parce que je suis âgé que je dois faire des bêtises. Que je ne dois rien faire. Il n’y a pas d’âge pour l’avenir. Il y a une rupture qui se fait. Il y a une nouvelle société qui est en train de naître avec la nouvelle génération.

Musique préférée :

Je remercie les rappeurs. Ils disent la vérité et ce qu’ils disent a un sens.
Moi, maintenant, le rap est ma musique préférée. Les rappeurs font un très bon travail. Ils réveillent les consciences.

La ressurgence de l’empire mandingue dans la musique africaine.

C’est peut - être le symbole de l’unité africaine. Le Sénégal, mon pays, tout seul, ne peut rien faire. Le Mali tout seul, ne peut rien faire. Le Burkina tout seul ne peut rien faire. La Guinée Bissau, toute seule, ne peut rien faire. Nous avons l’UEMOA. Imaginez pour une radio, qu’est -ce- que cela donnerait d’avoir plus de 50 millions d’auditeurs etc…. Il nous faut nous retrouver ensemble et créer un nouvel Etat.

Thèse de Fatou Dione sur Sembène, l’auteur du « ventre de l’atlantique »

« C’est très bien que la jeunesse s’intéresse à moi. Mais je dois travailler pour mériter cette confiance »

Prochain Film

Le Mooladé, c’est un tryptique, après Fat Kiné , il y aura la troisième partie.

Mystérieux

Moi je ne suis pas mystérieux. Vous savez mon travail, c’est un travail de solitaire. La création ne va pas avec le tam – tam. Etre très bavard, être tout le temps au bistrot, aller toujours danser, ce sont des attitudes qui ne vont pas avec la création artistique. C’est la différence entre un cinéaste et un musicien. Cela ne veut pas dire que le musicien n’a pas besoin de calme. Je consacre beaucoup de temps à mon travail, à la réflexion. Par ailleurs, c’est l’éducation que j’ai reçue. C’est le travail littéraire qui veut ça. Si je voulais je pourrais faire quelque chose de commercial. Mais je n’ai pas envie de mentir à mon peuple.

Rétrospective de ces films à Dakar ?

Cela me fait plaisir.

Lieu important

L’Afrique. Je ne connais pas tout le continent mais j’en connais beaucoup de coins agréables.

L’EXCISION

Je voudrais d'abord féliciter les pays qui ont voté des lois pour lutter contre l’excision, le Sénégal par exemple. Beaucoup de gens pensent que la pratique de l’excision est un enseignement du Saint – Coran. Hérédote en a parlé. Cheikh Anta Diop, et récemment le Pr Saliou Kandji. C’est uniquement en Afrique noire que cette pratique existe.
Cela n’a rien à voir avec la religion musulmane. Les raisons de sa pratique ne se justifient plus de nos jours.


Par El hadji Gorgui Wade Ndoye