Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Par Papa Diadji Gueye

Dans le cadre de la réunion tripartite du Comesa, des dirigeants de 26 pays d’Afrique de l’Est et Australe, réunis dans la capitale ougandaise, Kampala, se sont engagés, le 22 octobre dernier, à coordonner leurs efforts en vue de la création d’une zone de libre échange. En effet, ces pays prônent la fusion en un grand ensemble économique des trois blocs que sont la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), le Marché commun des Etats de l’Afrique Australe et de l’Est (Comesa) et la Communauté de développement d’Afrique Australe (SADC).

L’objectif visé par une telle démarche est pluriel : au-delà de « l’augmentation des échanges commerciaux inter-africains », comme l’a souligné le président sud-africain, Kgalema Mothlante, ce projet contribuerait, selon les termes du président kenyan, Mwai Kibaki, à « l’atténuation de la pauvreté et la création d’emplois » dans la région.

Dans cette perspective, un groupe de travail a été désigné pour établir d’ici une période de six mois les étapes à suivre pour mener à bien ce projet.
D’une population de 527 millions d’habitants, ce bloc polarise à lui seul 58,8 % du P.I.B du continent africain. Les adhérents à cette initiative espèrent, par sa réalisation, améliorer le bien-être des populations, augmenter la productivité et accroître les échanges commerciaux ainsi que les investissements.

Au vu de cette volonté de construction aussi marquée, il semble que les dirigeants modernes emboîtent le pas aux grands défenseurs de la cause africaine et de l’érection des États-Unis d’Afrique comme mesure idoine pour sortir de l’enlisement économique. Un moyen de se libérer du joug et de la vassalité du monde occidental.
Mais le rêve d’une concrétisation est-il permis lorsque toutes les velléités de regroupement économiques brandies dans de nombreuses régions d’Afrique se sont évaporées dans les discours politiques, si elles n’accompagnent pas leurs initiateurs dans leurs cercueils impénétrables ? Où sont passés tous les projets d’union des États africains dont la fécondation remonte au lendemain des indépendances, pour la plupart dans les années 1960? La récente Union Africaine créée en lieu et place de l’OUA, qui incarnait tout l’espoir des jeunes générations s’embourbe dans cette spirale de résolution de conflits interminables ou d’instauration de la démocratie dans les régimes dynastiques ou dictatoriaux.

Or, nous sombrons dans un contexte de crise mondiale à la fois économique et financière, qui prompt les nations industrialisées à lancer des opérations de sauvetage pour leurs grandes entreprises, principalement les banques. Alors que les États-Unis doivent débloquer 700 milliards de dollars pour sauver leurs banques, l’Europe doit faire face à une opération de près 1000 milliards.
En conséquence, la promesse d’octroyer à l’Afrique une aide de 12 milliards demeure d’emblée frappée de vacuité, ce qui réconforte encore l’idée que le sort de ce continent reste plus que jamais entre ses propres mains. N’en déplaise à Paris qui confirme encore le maintien de son aide publique à l’Afrique, l’implication des africains eux-mêmes dans ce combat pour la réussite, ou du moins, la survie face à la crise, doit se faire imminente.

Et la crise n’est pas en passe d’être résolue. Elle ne pourra pas trouver une solution avant les six prochains mois, si l’on en croit le Directeur Général de Global Equities, Marc Touati, invité sur le plateau du canal TV5.
Outre le niveau d’inflation insoutenable pour la plupart des pays africains, et qui est prévu au crescendo, soit +12% pour l’Afrique au sud du Sahara, la crise mondiale commence déjà à laminer les espoirs d’une embellie. Son corollaire frappe déjà aux portes : ralentissement de la demande pour les exportations africaines, chute vertigineuse des prix des matières premières, essoufflement du secteur du tourisme fortement concurrencé par les marchés proches et compétitifs, baisse considérable des transferts d’argents…

L’aide extérieure devient dès lors de moins en moins probable pour sortir de ce bourbier, de sorte que la seule voie qui permet le rêve demeure l’union des forces dans un grand bloc. L’idée de la création de cette zone de libre échange est certes noble et angélique, mais cette tripartite, réussira-t-elle là où tout le monde a échoué?